GP de France : On en sait plus sur le retour de la F1 en France

GP de France : On en sait plus sur le retour de la F1 en France©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 06 septembre 2017 à 15h21

Après dix ans d'absence, la France va reprendre toute sa place dans le calendrier du championnat du monde de F1 dès la saison 2018, avec la course programmée le week-end des 22, 23 et 24 juin sur le Circuit Paul-Ricard du Castellet. Ce mercredi, à l'occasion d'une conférence de presse organisée en présence de pilotes comme Romain Grosjean, Patrick Tambay ou Jean Alesi, les organisateurs de l'événement ont présenté les grandes lignes de leur projet, dont notamment la configuration du tracé retenu parmi les nombreuses configurations disponibles ainsi que les retombées économiques espérées.

En présence, notamment, de Christian Estrosi, maire de Nice, qui a donné l'impulsion avec les collectivités locales pour faire revenir la F1 dans l'Hexagone après dix ans d'absence depuis la victoire de Felipe Massa au volant d'une Ferrari à Magny-Cours en 2008, les organisateurs ont présenté le slogan de l'édition 2018 du Grand Prix de France, « Vivez la French Course », avec un visuel qui s'inspire des bandes bleues et rouges typiques des zones de dégagement du Circuit Paul-Ricard lors de sa reconstruction en circuit d'essais dans les années 2000. Cette typographie est complétée par un fond bleu roi, couleur représentant la France.

Le circuit historique va bien revoir des F1
Pour le retour du Grand Prix de France, les organisateurs ont obtenu de la FIA d'utiliser la configuration historique du Circuit Paul-Ricard, soit une piste longue de 5,8km qui en fera le troisième circuit le plus long du championnat derrière Spa-Francorchamps et Bakou. D'ici à la tenue du Grand Prix, après avoir consulté les pilotes, les organisateurs ont confirmé des travaux pour retravailler certaines portions du tracé. Deux virages, les S de la Verrerie et le virage du Camp seront, en effet, élargis pour offrir aux pilotes plusieurs trajectoires possibles et des possibilités de dépassement. Il a, de plus, été confirmé que la ligne droite du Mistral, longue de 1 800m, sera bien coupée en deux par une chicane offrant une zone de dépassement supplémentaire sans empêcher les F1 d'aborder la longue courbe des Signes à fond, soit à près de 350km/h avec les F1 actuelles.

Des prix « dans la moyenne européenne »
Si tous les détails concernant la disposition des tribunes autour du Circuit Paul-Ricard ont été dévoilés, malgré un objectif annoncé de 100 000 spectateurs, Christian Estrosi a laissé filtrer quelques détails sur la politique tarifaire que les organisateurs prévoient autour de l'événement. « Ce sera dans la moyenne des prix pratiqués dans les autres Grands Prix européens comme Monza ou Spa, assure l'édile. Nous fournirons également des billets aux tarifs avantageux pour les jeunes issus des lycées professionnels et des quartiers défavorisés de la région. » De plus, les collectivités locales font le pari que l'organisation du Grand Prix de France dans la région va booster le tourisme alors que la course aura lieu en début de période estivale, à la fin du mois de juin : « Nous espérons que les spectateurs restent plusieurs jours sur place, d'où l'importance que le Grand Prix ne se déroule pas en pleine saison estivale, mais juste avant, à la fin juin », ajoute le maire de Nice. Ce dernier a également mis en avant l'argument de l'emploi avec l'espoir d'avoir d'importantes retombées sur la région : « Il s'agit d'emploi dans le tourisme, le commerce, mais aussi pour les entreprises qui pourront bénéficier du circuit comme un pôle de développement et d'innovation ».

Grosjean : « J'imagine que ça va être quelque chose d'assez unique »
Présent à l'occasion de cette conférence de presse, Romain Grosjean n'a pas caché que l'idée de disputer pour la première fois un Grand Prix de F1 sur le territoire français l'enchante. « J'ai envie de dire merci de faire revenir le GP de France parce que je n'ai jamais connu un Grand Prix à domicile, assure l'ancien pilote Renault. En GP2 (Formule 2 désormais, ndlr), j'ai couru à Magny-Cours en 2008 mais prendre le départ d'un Grand Prix en F1 à la maison, c'est quelque chose que je vais faire l'an prochain et j'imagine que ça va être quelque chose d'assez unique. » Le pilote qui sera de nouveau titulaire avec l'écurie Haas en 2018, espère également que les pilotes français, ou de la région, seront présents au départ l'année prochaine. « Avec Esteban Ocon, on sera là, c'est sur, rappelle-t-il. On espère qu'il y en aura d'autres. On parle de Charles Leclerc (pilote Monégasque leader de la F2 et pressenti chez Sauber la saison prochaine, ndlr) qui est bien parti, peut-être Pierre Gasly donc ça va être top de retrouver autant de pilotes français dans un milieu où la France a un rôle extrêmement important. On a une vraie identité et une vraie part à jouer dans le sport automobile et c'était dommage qu'on n'aie plus un Grand Prix de France depuis dix ans. C'est quelque chose pour lequel je me réjouis et j'ai vraiment hâte d'être en juin prochain. »


 
5 commentaires - GP de France : On en sait plus sur le retour de la F1 en France
  • Une bonne nouvelle de revoir des F1 en France, le circuit n'est pas facile d'accès par la route......

  • YES... YES...YES... ENFIN DE RETOUR SUR LE SOL FRANCAIS.
    DE PLUS UN "JOB" POUR LES LOCAUX.
    MATAF1

  • J'espère pour eux que ce ne sera pas un flop en matière d'entrées, mais j'ai un doute...
    Le propriétaire du circuit risque d'en perdre sa moumoute !

  • Enfin un Grand Prix à Paul Ricard, ça nous changera de la flotte de Magny-Cours

  • que vient faire estrosi dans ce truc?il est maire de Nice,pas de Toulon que je sache!!
    mais pour mettre sa posture partout,là il est présent.
    il me semble que le site n'avait pas assez d'hôtels pour recevoir le beau monde de la F1,explication donnée à l'époque.
    je plains les gens de la région qui vont devoir supporter les frais induits

    Qu'on aime ou pas Estrosi, il a oeuvré pour le retour du GP de france au Castellet, avec les anciens pilotes et certains actuellement en F1. Estrosi est un ancien pilote 250 / 350 en Championnat du monde moto et impliqué au Conseil Régional PACA !!! Donc bien placé. Sa couleur politique, on s'en fout. Et n'oublions pas la FFSA et Todt qui ont contribué aussi à ce retour. Quant aux audiences et au nombre de spectateurs à Spa et Monza, on peut être rassuré, car la F1 attire toujours les passionés. A Spa Verstappen a fait venir beaucoup de monde et le circuit Varois est pas mal placé pour les Italiens, Espagnols et ceux du Nord de l'Europe.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]