Ecclestone s'explique sur le méga-bonus de Ferrari

Ecclestone s'explique sur le méga-bonus de Ferrari©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le lundi 20 mars 2017 à 08h27

Ex-promoteur de la Formule 1, Bernie Ecclestone a fait la pluie et le beau temps dans le paddock pendant quarante ans. L'occasion pour lui d'accorder des privilèges à certaines écuries que Liberty Media aimerait supprimer ou renégocier à la baisse.

A son grand désespoir, Bernie Ecclestone a rendu son tablier de magnat de la Formule 1 après avoir vu Liberty Media racheter 100% des droits commerciaux de la F1. On ne le verra donc plus gambader dans les allées des Grands Prix. Le départ de celui qui était considéré comme le « grand argentier » de la Formule 1 va laisser un grand vide qu'on l'aime ou pas. Et ce ne sont pas les écuries telles que Ferrari qui vont dire le contraire.

Fraîchement arrivé comme nouveau manitou du sport mécanique roi, Liberty Media aimerait bien abolir certains privilèges comme celui qu'avait accordé Ecclestone à la Scuderia. Quel que soit son classement à l'issue des saisons, l'écurie italienne pouvait compter sur un mega-bonus de 100 millions de dollars. Si Liberty Media souhaite que ce privilège soit revu à la baisse afin de mieux rééquilibrer les distributions de revenus entre les teams, l'ancien patron de la F1 a tenu à justifier ce privilège. « D'où vient cet arrangement ?, s'est fendu Ecclestone lors d'une interview pourSky Sports News. C'est très simple. A l'époque, CVC (les anciens propriétaires des droits commerciaux du sport) a voulu faire un appel d'offres pour la revente de la F1. Mais, avant que l'initiative ne devienne publique, nous devions leur garantir la présence des équipes jusqu'au moins 2020. »

Présente depuis 1950 sans interruption sur le circuit, la marque au cheval cabré a été la première à répondre présente. C'est donc fort logiquement qu'elle a été récompensée pour Ecclestone. « Au final, nous avons obtenu des grandes écuries qu'elle s'engagent dans le sport sur le long terme, à commencer par Ferrari qui est un acteur historique majeur. Du coup, les autres ont suivi. Ce n'est donc que logique qu'elles touchent en retour une récompense pour les investissements consentis », explique le Britannique.

 
0 commentaire - Ecclestone s'explique sur le méga-bonus de Ferrari
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]