Ski de fond (F) - Dopage - Johaug, suspension provisoire prolongée

Ski de fond (F) - Dopage - Johaug, suspension provisoire prolongée©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le samedi 17 décembre 2016 à 17h35

Therese Johaug (28 ans), la septuple championne du monde norvégienne de ski de fond et championne olympique des Jeux de Sotchi contrôlée positive au clostebol en septembre dernier, a vu samedi sa suspension provisoire prolongée de deux mois dans l'attente du traitement complet de son dossier.

Suspension prolongée pour Therese Johaug (28 ans). La skieuse norvégienne contrôlée positive au clostebol, un stéroïde anabolisant interdit par l'Agence mondiale antidopage (AMA), lors d'un contrôle inopiné datant du 16 septembre dernier, purgeait jusqu'à samedi une suspension provisoire de deux mois en attendant que les instances antidopage de son pays ne traitent intégralement son dossier. Mais, samedi, l'agence antidopage norvégienne a prolongé la suspension provisoire de Johaug de deux mois, soit jusqu'au 19 février 2017, alors qu'elle devait arriver à terme le 18 décembre.
Verdict fin janvier 2017
Lorsque le verdict tombera, probablement entre le 25 et le 27 janvier 2017, la championne norvégienne pourrait écoper d'une suspension de quatorze mois. C'est en tout cas le souhait de l'agence norvégienne de lutte contre le dopage, qui avait requis cette sanction fin novembre à l'encontre de la septuple championne du monde de ski de fond et championne olympique des Jeux de Sotchi en 2014 après avoir étudié le dossier de l'intéressée. En apprenant les quatorze mois de suspension requis contre elle, Therese Johaug s'était montré perplexe. « Je ne comprends pas ce qui peut donner lieu à une suspension de cette durée », s'interrogeait la Norvégienne, croisant déjà les doigts pour que l'instance arbitrale de la Fédération des Sports de son pays, qui aura le dernier mot, n'ait pas la main trop dure avec elle.
Johaug hurle sa bonne foi
Depuis le début, la championne crie sa bonne foi haut et fort en assurant qu'elle n'était pas au courant que le baume qu'elle avait utilisé en août dernier pour soigner des coups de soleil sur les lèvres contenait une substance figurant sur la liste des produits interdits, et encore moins qu'il pouvait être dopant. Après lecture poussée du dossier, les experts ont estimé qu'elle aurait dû le savoir. À l'époque, le médecin de l'équipe norvégienne, Fredrik Bendiksen, avait délivré en août dernier la crème pour les lèvres en question,  du Trofodermin, à la skieuse, alors que la sélection effectuait des entraînements en altitude. Johaug, qui avait demandé au docteur de s'assurer au préalable que le baume ne pouvait pas être dopant - ce que le médecin n'aurait pas fait - s'était dit « dévastée et affolée », estimant que c'était « totalement injuste et immérité. »

 
0 commentaire - Ski de fond (F) - Dopage - Johaug, suspension provisoire prolongée
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]