Gilbert prend de la hauteur

Philippe Gilbert est prêt pour les Mondiaux. (Reuters)

Déjà vainqueur sur cette Vuelta 2012, Philippe Gilbert a remis le couvert en remportant en costaud la 19e étape du Tour d'Espagne, vendredi à La Lastrilla. Le Belge, parti sous la flamme rouge, se place ainsi comme l'un des favoris pour les prochains Mondiaux. Alberto Contador conserve son maillot rouge de leader.

Philippe Gilbert est décidément en train de se refaire une santé sur la Vuelta. Sans victoire avant le grand départ de Pampelune, le Belge a déjà décroché deux bouquets. Vainqueur à Montjuic le premier dimanche devant Joaquim Rodriguez, le coureur de la BMC a encore fait parler sa puissance lors de l’arrivée à La Lastilla vendredi. "C’est un final typique comme je les aime", a confié Gilbert après sa victoire.

Le profil de cette arrivée ? Deux kilomètres de faux-plat montant, approchant les 5%. Une distance avalée avec le grand plateau par Gilbert qui a pris ses responsabilités pour ramener le peloton sur les fuyards, notamment Nicolas Roche et John Degenkolb, sortis à un peu moins de trois kilomètres de la ligne. Impressionnant de puissance, le Liègeois n’a pratiquement pas été inquiété dans les derniers kilomètres, puisque Ben Swift, le seul à pouvoir suivre son rythme, a rapidement explosé. S’il a coincé dans les tous derniers mètres, Gilbert connaissait la recette pour s’imposer. "Il ne faut jamais s’asseoir, sinon c’est terminé", révèle celui qui se positionne parmi les favoris pour les prochains Mondiaux de Valkenburg, dans un peu plus de deux semaines.

Derrière Gilbert, c’est Alejandro Valverde qui a réussi le bon coup de la journée. Aussi costaud qu’il l’avait été pour revenir sur Alberto Contador lors de la montée vers Fuente Dé il y a deux jours, le leader de la Movistar a fait le plein de bonifications, ou presque : 4 secondes lors d’un sprint intermédiaire puis 12 à l’arrivée. Il conforte ainsi sa deuxième place du classement général devant Rodriguez, et se rapproche à 1’35’’ de Contador. Toujours ça de pris à la veille du Bola Del Mundo, sa dernière chance pour renverser une Vuelta déjà riche en rebondissements.