Degenkolb n’attend pas

John Degenkolb a décroché son 1er succès sur un grand Tour. (Maxppp)

John Degenkolb a décroché son 1er succès sur un grand Tour. (Maxppp)

Comme prévu, la deuxième étape du Tour d’Espagne s’est achevée par un sprint massif et c’est John Degenkolb (Argos-Shimano) qui s’est imposé devant Allan Davis (Orica-GreenEdge) et Ben Swift (Sky). Jonathan Castroviejo (Movistar) a conservé son maillot de leader, mais les premières ascensions pourraient chambouler le classement dès lundi.

Les occasions de briller pour un sprinteur ne sont pas nombreuses cette année sur la Vuelta. Il faut donc profiter de la moindre ouverture et surtout ne pas se rater. Mission accomplie pour John Degenkolb, vainqueur ce dimanche de la deuxième étape entre Pampelune et Viana. L’Allemand, sans doute le plus rapide des spécialistes présents au Tour d’Espagne, n’a pas laissé passer sa chance de décrocher une première victoire dans un grand Tour en devançant d’un boyau l’Australien Allan Davis (Orica-GreenEdge) et le Britannique Ben Swift (Sky). Bien placé dans un final en léger faux plat, Degenkolb a produit son effort dans les derniers hectomètres pour lever les bras et contrarier Davis qui en tapait son guidon de rage.

Avec Marcel Kittel, Degenkolb appartient à la jeune génération de sprinteurs allemands promise à un bel avenir. Après avoir explosé la saison dernière, pour sa première année chez les professionnels émaillée de plusieurs victoires dont deux étapes du Critérium du Dauphiné, le coureur de l’équipe Argos-Shimano a confirmé en 2012 : deux succès aux Quatre jours de Dunkerque, deux autres sur le Tour de Picardie en plus du classement général, une étape du Tour de Pologne, mais aussi quelques belles places d’honneur (5e de Milan-San Remo et 6e du GP E3). Ce succès sur la Vuelta soulage aussi son équipe, qui avait manqué dans les grandes largeurs son Tour de France en juillet dernier.

Du côté des Français, Nacer Bouhanni (FDJ-BigMat), le champion de France, n’a pas pu se mêler à la lutte pour la victoire en prenant la 16e place à Viana, juste devant Lloyd Mondory (18e, AG2R-La Mondiale) et Yohann Bagot (20e, Cofidis). Les favoris sont, eux, restés sagement dans le peloton en attendant que la route s’élève. Et ça commence dès lundi avec l’arrivée située au sommet de l’Alto de Arrate, ascension de première catégorie. Le maillot rouge de leader, toujours sur les épaules de Jonathan Castroviejo (Movistar), est bien en danger.

Le Sport sur votre mobile
en images
Le plaisir de la victoire Chute à l'arrière ! En reconnaissance Le poing levé Un Colombien en jaune
à lire aussi