Baugé à l'heure australienne

Grégory Baugé veut récupérer son titre en vitesse. (Reuters)

Grégory Baugé veut récupérer son titre en vitesse. (Reuters)

Grégory Baugé s'est qualifié sans problème pour les demi-finales de la vitesse lors des Mondiaux sur piste à Melbourne. Le Français, dépossédé de son titre mondial 2011 après sa suspension, est prêt à le récupérer. C'est en revanche terminé par Kevin Sireau et Mickaël Bourgain, éliminés en quarts de finale.

Ce n’est pas un scoop, mais Grégory Baugé devrait bien être le représentant français aux JO de Londres dans l’épreuve de vitesse individuelle. Si le pensionnaire de l’Insep était déjà bien parti pour endosser ce rôle, eu égard à son palmarès et à son aura au sein du groupe France, le natif de Maisons-Laffitte a montré ce vendredi lors des Championnats du monde de Melbourne, qu’il était bien le patron de la discipline. Auteur du meilleur temps des qualifications (9''854), le numéro un français a ensuite dominé son jeune compatriote Charlie Conord en seizièmes de finale, l’Australien Scott Sunderland en huitièmes, puis l’Allemand Stefan Boetticher en quarts.

A chaque fois, le scénario est le même. Le pistard de 27 ans laisse son adversaire lancer le sprint, avant de profiter de l’aspiration dans sa roue pour le dépasser juste avant la ligne. Il devra de nouveau se montrer intraitable samedi en demi-finale face à son vieux rival Chris Hoy pour espérer reconquérir le titre qui lui avait été retiré l’an dernier, suite à sa suspension pour trois défauts de localisation. En final, Baugé pourrait ensuite retrouver l'Australien Shane Perkins ou un autre Bitannique, Jason Kenny, qui avait récupéré le titre mondial acquis, puis enlevé au Français à Apeldoorn.

Pendleton prend sa revanche sur Meares

Désireux de venir chasser sur les plates-bandes de Baugé et d’être sélectionné à sa place pour les JO, Kévin Sireau a manqué son pari. Le Castelroussin a d’abord signé le troisième temps des séries, avant de battre l’Espagnol Hodei Mazquiaran Ura et l’Allemand Boetticher, qui a été repêché ensuite. Opposé à Jason Kenny en quarts, le coureur de l’équipe Cofidis a d’abord été battu dans la première manche avant d’égaliser dans la deuxième. Mais il s’est laissé surprendre dans la troisième, n’ayant pas réussi à adopter sa position préférentielle, à savoir lancer le sprint en premier, à la corde. Plus âgé que ses deux compatriotes, Mickaël Bourgain, 31 ans, a prouvé qu’il était encore dans le coup. Pour preuve, après s’être payé le luxe d’envoyer la légende Chris Hoy en repêchages, le Boulonnais a échoué d’un rien pour une place dans le dernier carré. Vainqueur de Shane Perkins dans la manche décisive, celui qui avait obtenu le bronze de la spécialité à Pékin a finalement été disqualifié pour n’avoir pas tenu son couloir.

En attendant le dénouement chez les messieurs, les dames avaient rendez-vous pour les phases finales ce vendredi et le match a bien eu lieu entre les deux pistardes les plus rapides de la planète. Tenante du titre et nouvelle détentrice du record du monde qu'elle a amélioré jeudi en série (10''782), Anna Meares avait à cœur de l'emporter devant son public. Mais l'Australienne a été éliminée par sa plus grande rivale, Victoria Pendleton. Quintuple championne du monde, la Britannique a en effet remporté une demi-finale particulièrement disputée. Victime d'une chute dans la première manche, la championne olympique de Pékin a bénéficié dans la deuxième du déclassement de son adversaire, sortie de son couloir, pour finalement remporter in extremis la troisième manche décisive. Dans la foulée, elle s’est offerte une sixième couronne mondiale après ses titres acquis en 2005, 2007, 2008, 2009 et 2010 en dominant la Lituanienne Simona Krupeckaite en finale.

Le Sport sur votre mobile
en images
Le plaisir de la victoire Chute à l'arrière ! En reconnaissance Le poing levé Un Colombien en jaune
à lire aussi