Gilbert, un nouveau statut

Gilbert a impressionné aux Mondiaux. (Reuters)

Gilbert a impressionné aux Mondiaux. (Reuters)

Auréolé de son titre mondial décroché le week-end dernier à Valkenburg, Philippe Gilbert participe samedi, sur le Tour de Lombardie, à sa première course avec le maillot arc-en-ciel. Le Belge y étrennera son nouveau statut, indiscutable dans le peloton, mais encore loin de ses compatriotes et géants de la route tels que Merckx et De Vlaeminck.

Champion du monde dimanche dernier à Valkenburg, Philippe Gilbert est entré encore un peu plus dans la légende du cyclisme belge. Mais en Belgique, pays de nombreux champions, ce titre représente une ligne de plus à son riche palmarès et pas forcément un strapontin parmi les géants. Eddy Merckx, Roger De Vlaeminck, Rik Van Looy et même Tom Boonen le devancent dans un classement des plus grands coureurs établi par un magazine belge, selon les résultats obtenus par les meilleurs cyclistes belges au cours de leur carrière. Très apprécié outre-Quiévrain, Gilbert souffre encore de la comparaison avec ces grands noms du cyclisme, qui ont réussi pour la plupart des performances de choix dans les grands Tours, mais il se fait peu à peu une place à leur côté.

Dans le peloton, le nouveau champion du monde ne fait pas de complexe. Simplement parce que tous les coureurs reconnaissent son immense talent. Les messages de félicitations qui ont afflué après sa victoire dimanche, à Valkenburg, témoignent du respect qu’il inspire. Avec le maillot irisé sur le dos, ce sentiment devrait être décuplé. Gilbert pourrait s’en rendre compte samedi, sur les routes du Tour de Lombardie, la première course à laquelle il participe avec ce nouveau statut. "Philippe est motivé par la Lombardie et il veut s'imposer avec son maillot arc-en-ciel. Il n'a pas fait la fête trop tard dimanche, le parcours est pour lui et il est en pleine forme", a déclaré Rik Verbrugghe, directeur sportif chez BMC, dans les colonnes du quotidien belge Le Soir

La motivation de Gilbert ne devrait pas se dissiper après ce titre mondial. C’est ce que croit José De Cauwer, ancien sélectionneur national belge. "Quand il a tout gagné en 2011, il avait plus de pression encore. C’était comme s’il portait déjà cette tunique irisée puisqu’il était surveillé par tout le peloton ! Je pense au contraire que ce maillot va décupler sa motivation et son envie, estime sur lalibre.be celui qui a mené Boonen au sacre mondial en 2005. Sa carrière connaîtra encore de très beaux moments. Pour moi, il peut tenir 5-6 années supplémentaires au plus haut niveau. Et cela, d’autant plus qu’il ne va pas s’user à tenter sa chance dans les grands Tours. Je parle du classement général."

Verbrugghe, lui, s'attend à vivre aussi de grands moments avec Gilbert et l'équipe BMC en 2013: "Chaque champion connaît une moins bonne année. Il se peut que Philippe l'ait connu en 2012 et qu'il sera un beau champion du monde la prochaine saison." Après les effusions de sa victoire, Gilbert a choisi de rejoindre son domicile monégasque cette semaine pour s’entraîner tranquillement dans l’arrière-pays niçois. S’il a renoncé au Tour du Piémont jeudi, c’est justement pour profiter plus longtemps d’un peu de quiétude, avant de mesurer sa cote de popularité en Lombardie, là où il s’est déjà imposé à deux reprises (2009 et 2010).