Martin, roi du chrono

 martin-chrono

Tony Martin a fait forte impression dans le chrono des Mondiaux. (Reuters)

En l’absence de Fabian Cancellara et Bradley Wiggins notamment, Tony Martin a conservé son titre de champion du monde du contre-la-montre ce mercredi à Valkenburg. Le coureur allemand, en grand spécialiste, a devancé l’Américain Taylor Phinney et le Biélorusse Vasil Kiryienka. Sylvain Chavanel a pris la 15e place.

L’histoire a doublement bégayé ce mercredi à Valkenburg. Un an après son premier titre mondial du contre-la-montre à Copenhague, Tony Martin a réalisé le doublé en dominant le chrono individuel des Mondiaux aux Pays-Bas. Et le coureur allemand, sacré dans le chrono par équipes dimanche avec Omega Pharma-Quick Step, a devancé Taylor Phinney, déjà deuxième avec la BMC trois jours plus tôt. Le jeune Américain, qui avait eu du mal à digérer l’infime écart de trois secondes concédé avec ses coéquipiers, a cette fois-ci raté l’or pour deux secondes de plus.

Battu par Bardley Wiggins dans le chrono du Tour de France à Besançon et aux Jeux Olympiques, deux de ses principaux objectifs de la saison, Martin n’a pas laissé passer sa chance d’asseoir sa domination sur la discipline en l’absence du Britannique, mais aussi de Fabian Cancellara et Christopher Froome. "Je suis très heureux mais aussi très fatigué, je savais que ça allait être difficile avec Taylor (Phinney) aujourd’hui, a reconnu le double champion du monde sur Eurosport après la course. Les écarts sont très serrés, les 200 derniers mètres ont été difficiles, j’avais le vent de face." Grimaçant dans la dernière ligne droite, il a toutefois mieux fini que Phinney, qui était en tête au premier pointage intermédiaire, avant de perdre du temps dans les monts du Limburg.

C’est dans les bosses que Martin a fait la différence grâce à sa puissance. Il s’est même payé le luxe de doubler Alberto Contador, pourtant à l’aise dans l’effort chronométré sur la Vuelta. "Ça m’a donné beaucoup de motivation de reprendre Contador", a ainsi avoué le coureur allemand, qui s’est livré un beau mano a mano avec Phinney. La concurrence, reléguée bien loin, s’est contentée des quelques miettes, à savoir la médaille de bronze que le Biélorusse Vasil Kiryienka a attrapée, avec 1’44 de retard sur Martin. Contador, lui, a pris la 9e place, à 2’30, là aussi bien loin de ses prétentions.

Du côté des Français, Sylvain Chavanel n’a jamais pu se mêler à la lutte pour le podium. Le champion de France de la discipline a terminé à la 15e place, à près de trois minutes du vainqueur. Jérémy Roy a fini juste derrière, 18e à 3’08. Le sélectionneur Laurent Jalabert, titré en 1997 et unique médaillé tricolore dans l’épreuve du chrono, attend toujours son successeur.