Gerrans saisit sa chance

L'Australien décroche la plus belle victoire de sa carrière. (Reuters)

L'Australien décroche la plus belle victoire de sa carrière. (Reuters)

Pourtant rarement cité parmi les favoris, Simon Gerrans (GreenEdge) a remporté ce samedi la 103e édition de Milan-San Remo. Le champion d'Australie, parti dans la descente du Poggio avec Vincenzo Nibali et Fabian Cancellara, a profité du gros travail du Suisse avant de le devancer dans les derniers mètres. Peter Sagan prend la 4e place.

Pour la deuxième fois d’affilée, Milan-San Remo, la première et plus longue (298 km) classique de la saison, a été remportée par un coureur australien. Cette fois, ce n’est pas Matthew Goss qui s’est imposé sur la Via Roma, mais son coéquipier chez GreenEdge, Simon Gerrans. Un nouveau succès de prestige pour cette nouvelle formation du World Tour, qui avait frappé les esprits dès ses débuts dans le peloton en remportant en janvier le Tour Down Under, déjà grâce à Gerrans.

Vainqueur de la Primavera en 2009, Mark Cavendish espérait bien de nouveau inscrire son nom au palmarès de l’épreuve. Mais le sprinteur britannique n’a pas pu suivre le rythme du premier peloton dès les premières bosses. Cette 103e édition a également été marquée par plusieurs chutes, dont celle du Colombien Carlos Julian Quintero Norena (Colombia-Coldeportes), à qui l’on a mis une minerve mais qui était conscient au moment de son évacuation par les secours. Alors qu’il se trouvait dans le groupe de tête, Philippe Gilbert, cité logiquement parmi les favoris, est également allé à terre à un moment décisif, au sommet de la Cipressa, en compagnie de plusieurs coureurs dont Arthur Vichot et Dominique Rollin de la FDJ-BigMat. Enfin, Tom Boonen a lui aussi été victime d’une chute en sortant trop large dans le dernier virage avant l’arrivée. Le Belge a tout de même réussi à franchir la ligne.

Cancellara encore deuxième

Comme souvent sur Milan-San Remo, la victoire s’est jouée dans la dernière montée, le Poggio. En grande forme après sa victoire de la semaine dernière sur Tirreno-Adriatico, Vincenzo Nibali a attaqué dans les dernières hectomètres de la célèbre côte, rapidement rejoint par Simon Gerrans et Fabian Cancellara. Lauréat de l’épreuve en 2008, le Suisse a accompli la descente à pleine vitesse, empêchant le retour du groupe des poursuivants et de prétendants sérieux à la victoire comme Peter Sagan ou Oscar Freire. Mais "Spartacus", déjà deuxième l’an dernier derrière Goss, s’est de nouveau fait souffler la victoire par un Australien, resté patiemment dans sa roue avant de le sauter sur la ligne. Moins rapide au sprint, Nibali s'est contenté de la troisième place.

Le natif de Melbourne, âgé de 31 ans, ajoute ainsi une nouvelle ligne de prestige à son palmarès, qui comprend notamment une victoire d’étape dans chacun des Grands Tours, le Grand Prix de Plouay en 2009 et deux Tour Down Under. Côté français, personne n'a réussi à prendre la relève de Yoann Offredo, 7e l'an dernier, mais suspendu cette année pour trois défauts de localisation. Le premier Tricolore, Anthony Geslin (FDj-BigMat), n'est en effet que 27e.

Le Sport sur votre mobile
en images
Le "Diablo" aime aussi le foot Le plaisir de la victoire Chute à l'arrière ! En reconnaissance Le poing levé
à lire aussi