Boonen y reprend goût

Tom Boonen est en grande forme pour le début des classiques. (Reuters)

Tom Boonen est en grande forme pour le début des classiques. (Reuters)

Deux jours après sa victoire dans le GP E3, Tom Boonen a remporté Gand-Wevelgem ce dimanche pour la troisième fois de sa carrière. Le Belge a pris le meilleur au sprint sur Peter Sagan (Liquigas) et Matti Breschel (Rabobank). Ce succès confirme bien le retour au premier plan du champion du monde 2005, après plusieurs années de galère.

Tom Boonen est bien le plus fort pour l’ouverture des classiques. A une semaine du Tour des Flandres, le Belge se positionne en grand favori après son week-end parfait sur les routes flandriennes. Vainqueur vendredi de son cinquième GP E3, le coureur de l’équipe Omega Pharma-Quick Step s’est offert ce dimanche un nouveau succès de prestige en enlevant Gand-Wevelgem pour la troisième fois de sa carrière. Il égalise ainsi le record de victoires dans l’épreuve, codétenu par de grands noms du cyclisme belge comme Eddy Merckx, Rik Van Looy, mais aussi l’Italien Mario Cipollini. C’est d’ailleurs au sprint que Boonen a construit sa victoire, comme à Harelbeke il y a deux jours. Peter Sagan (Liquigas) et Matti Breschel (Rabobank) n’ont pas pu lui résister.

Dans l’ombre de Fabian Cancellara en 2010 avant de glisser dans l’oubli la saison dernière, avec pour principal fait d’arme un deuxième succès dans Gand-Wevelgem qui n’a pas masqué ses difficultés, Boonen est transfiguré en 2012. Le champion du monde 2005 a déjà levé les bras à six reprises depuis le début de la saison (une étape du Tour de San Luis, deux étapes et le général du Tour du Qatar, une étape de Paris-Nice, le GP E3 et donc Gand-Wevelgem), soit trois fois plus que sur l’ensemble de l’année 2011. Leader incontesté de l’équipe Omega Pharma-Quick Step, Boonen semble en bien meilleure forme que ses principaux rivaux sur les classiques, comme Philippe Gilbert, invisible ce dimanche, alors que Fabian Cancellara a encore été frappé par la malchance.

C’est pourtant à l’initiative du Suisse que la course s’est décantée à 35 kilomètres de l’arrivée. Son accélération, avec Peter Sagan dans sa roue, a scindé le peloton en deux groupes bien distincts. Mark Cavendish (Sky), piégé avec son maillot irisé sur le dos, n’a jamais réussi à combler l’écart. A l’avant, plusieurs favoris ont alors joué des coudes pour se placer dans le final, comme Oscar Freire (Katusha) finalement quatrième après avoir accroché le podium (3e) sur le GP E3, mais aussi Edvald Boasson Hagen (Sky) et Daniele Bennati (RadioShack-Nissan), cantonnés aux places d’honneur. Bonne performance pour le premier Français du classement, Steve Chainel (FDJ-BigMat), qui a pris la huitième place.

Le Sport sur votre mobile
en images
Le "Diablo" aime aussi le foot Le plaisir de la victoire Chute à l'arrière ! En reconnaissance Le poing levé
à lire aussi