Les débuts d'une génération dorée ?

Révélé en 2012, Arnaud Démare doit confirmer en 2013.

Révélé en 2012, Arnaud Démare doit confirmer en 2013.

2012 a été plutôt une grande année pour le cyclisme français avec l'émergence d'une nouvelle génération ambitieuse et sans complexe. Révélés cette année, Arnaud Démare, Nacer Bouhanni, Thibaut Pinot et consorts devront confirmer en 2013. Mais leur talent laisse augurer des lendemains qui chantent.

Ecrasé par la concurrence depuis de nombreuses années, le cyclisme français sort peu à peu de sa léthargie. Souvent dominateurs dans les catégories de jeunes, les coureurs tricolores peinaient pour la plupart à confirmer au niveau professionnel tous les espoirs placés en eux. Mais la donne semble avoir changé cette saison dans le peloton et dans l’état d’esprit de ses jeunes coureurs. La performance de l’équipe Europcar sur le Tour de France 2011 a peut-être permis à toute une génération de croire enfin à ses chances. En tout cas, le bilan est clairement plus satisfaisant en termes de résultats que lors des années précédentes, notamment dans un domaine où les Français sont depuis très longtemps à la peine, le sprint.

Sacré champion du monde espoirs en 2011 à Copenhague, Arnaud Démare a bluffé son monde en 2012 en décrochant plusieurs victoires de prestige sous le maillot de la FDJ-BigMat. Vainqueur de la 6e étape du Tour du Qatar en février, il a répondu présent durant toute la saison en remportant le Samyn, la 2e étape des Trois jours de Flandre-Occidentale, Cholet-Pays de Loire, la 2e étape de la Route du Sud et surtout la Vattenfall Cyclassics à Hambourg, inscrite au programme World Tour. Un palmarès impressionnant pour une première saison chez les professionnels. A lui de confirmer en 2013 et de prouver, notamment sur les Grands Tours, qu’il est en mesure de venir titiller les hommes les plus rapides de la planète tels que Mark Cavendish, Peter Sagan, ou André Greipel.  

Pinot et Rolland, futurs vainqueurs du Tour ?

Son coéquipier à la FDJ, Nacer Bouhanni n’a pas été en reste. Avec six victoires au compteur, dont le titre de champion de France obtenu devant Démare, le sprinteur de 22 ans, natif d’Epinal, a prouvé dès sa deuxième saison qu’il n’avait pas peur de se frotter aux meilleurs lors des arrivées massives. Deuxième des Mondiaux espoirs en 2011, Adrien Petit a en revanche été plus discret, à l’image de toute son équipe, la Cofidis. Le Nordiste doit prouver à 22 ans qu’il a les armes pour s’imposer au plus haut-niveau.

De retour dans le World Tour, la formation de Marc Madiot a décidément été à l’honneur en 2012 avec  l’éclosion d’un diamant brut, Thibaut Pinot. Après avoir fourbi ses armes en 2011 en remportant notamment le Tour d’Alsace et la Semaine Lombarde, le Franc-Comtois a éclaboussé de toute sa classe le dernier Tour de France. Appelé de dernière minute pour palier le forfait d’Arnold Jeannesson, le grimpeur de 22 ans a su saisir sa chance pour s’imposer avec panache à Porrentruy lors de la première semaine. Il a ensuite prouvé durant toute la durée de la Grande Boucle et avec l’aide de son coéquipier et ami Arthur Vichot, qu’il avait les jambes pour suivre les leaders dans la montagne et surtout qu’il ne nourrissait aucun complexe vis-à-vis des favoris. A l’arrivée, il termine à une excellente dixième place porteuse d’immenses espoirs et peut espérer, pourquoi pas, remporter un jour le Tour de France.

C’est aussi le cas de Pierre Rolland. Plus âgé de quatre ans que Pinot, le coureur d’Europcar a confirmé ses talents de grimpeurs sur le Tour 2012, après sa superbe victoire obtenue à l’Alpe-d’Huez l’année précédente. Malgré une première semaine délicate au cours de laquelle il a perdu beaucoup de temps en raison d’une chute, le natif du Loiret s’est de nouveau imposé lors de l’étape-reine des Alpes, à La Toussuire, pour finir à la huitième place du général. Le parcours du Tour 2013 semble mieux lui convenir et pourrait lui permettre de viser encore plus haut.

Fédrigo et Voeckler font de la résistance

Face à cette jeune génération, des coureurs comme Pierrick Fédrigo, vainqueur à Pau de sa quatrième étape sur le Tour, et surtout Thomas Voeckler ont fait de la résistance. L’Alsacien, déjà vainqueur au printemps de la Flèche brabançonne, a accru encore un peu plus sa cote de popularité en remportant deux nouvelles étapes sur le Tour et en obtenant le maillot à pois. A 33 ans, l’"âme" d’Europcar, dixit Jean-René Bernaudeau, a encore faim de victoires et se dit prêt à se mettre au service de son coéquipier Pierre Rolland. "Cela me convient très bien que les responsabilités soient désormais partagées. Je suis très content que Pierre puisse attirer l’attention du public et des médias. Il a tout pour lui", avait-il ainsi confié lors de la dernière Grande Boucle.

Si certains ont su se mettre en évidence cette année, d’autres, révélés en 2011, ont eu plus de mal à confirmer. C’est notamment le cas de Blel Kadri (AG2R-La Mondiale), Arnold Jeannesson, Anthony Roux (FDJ-BigMat) ou encore Cyril Gautier (Europcar). A eux de prouver en 2013 qu’ils ont les ressources pour rebondir. Certains, comme Julien Simon ou Romain Bardet, auront aussi à cœur de confirmer les promesses entrevues en 2012, car personne ne les attendra pour s'affirmer au plus haut-niveau. D’autres jeunes pousses comme Warren Barguil, vainqueur du Tour de l’Avenir et futur coureur d’Argos-Shimano, Bryan Coquard, médaillé d’argent de l’omnium aux JO de Londres, et Pierre-Henri Lecuisinier, stars annoncées d’Europcar, ou encore Johan Le Bon et Olivier Le Gac, couvés par Madiot à la FDJ, ne demandent qu’à éclore.  

en images
Le plaisir de la victoire Chute à l'arrière ! En reconnaissance Le poing levé Un Colombien en jaune