Paris-Nice : Toujours leader avant d'attaquer les trois dernières étapes, Alaphilippe se prend à rêver

Paris-Nice : Toujours leader avant d'attaquer les trois dernières étapes, Alaphilippe se prend à rêver©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le jeudi 09 mars 2017 à 22h19

A seulement 24 ans, Julian Alaphilippe a beaucoup de talent, un très bel avenir devant lui et aussi une grande confiance en lui. Le jeune coureur français de l'équipe Quick Step ne veut donc pas se contenter de cette première place au classement général à l'issue des cinq premières étapes, mais croire en ses chances de remporter son premier Paris-Nice.

« Ça va être très important, c'est sûr, parce que quand on attaque une fin de course en étant leader avec des chances de réaliser quelque chose de bien et que l'on a les capacités pour, j'ai envie d'y croire, oui », a avoué Alaphilippe aux journalistes, ce jeudi à l'issue de la cinquième étape, enlevée au sprint par l'Allemand Andre Greipel. Comment le grand espoir du cyclisme français pourrait-il ne pas s'imaginer terminer en tête du classement général final sachant qu'il compte plus de trente secondes d'avance sur son dauphin depuis ce contre-la-montre de mercredi qu'il avait explosé de toute sa classe ? Tony Gallopin, autre Français en vue dans cette édition 2017 de la Course au soleil, assurait jeudi matin qu'il n'avait pas dit son dernier mot pour la victoire finale, et parmi les principaux favoris lors du départ dimanche dernier, nombreux sont ceux qui peuvent encore nourrir un espoir. Il n'empêche que l'actuel porteur du maillot semble armé pour aller au bout de son rêve. A condition de bien négocier ce triptyque montagnard qui se présente dès vendredi et décidera du vainqueur.

« C'est très important, il faut que je reste concentré et après, ce seront les jambes qui vont parler et ce sera le plus fort qui gagnera la course. Certes, j'ai une petite avance, mais mes adversaires sont très forts aussi et il y a des terrains de jeu différents qui arrivent dans les prochains jours, donc il va y avoir de quoi faire. » Mercredi dans ce chrono sous forme de démonstration du Chérien, même Alberto Contador n'avait pas soutenu la comparaison avec Alaphilippe. Pourtant, rien ne dit que le double vainqueur du Tour de France ne mettra pas tous ses rivaux d'accord sur les trois derniers jours de course. Du côté du leader, c'est de tout le monde qu'il convient de se méfier, pas seulement de Contador. « Je n'ai pas un coureur en particulier qui me fait peur. Je connais le nom de mes adversaires qui sont les mieux classés, mais tout dépend de comment la course va se dérouler. Je n'ai pas un coureur ou deux coureurs que je vais surveiller plus que d'autres, je vais courir pour gagner et on verra bien. » Si le nouveau chouchou des Français court pour gagner comme il l'avait fait pour décrocher ce succès éclatant entre Beaujeu et Mont Brouilly, il devrait inscrire sans trop de problèmes son nom pour la première fois au palmarès de la course et succéder à Geraint Thomas, Richie Porte (deux fois), Carlos Betancur et Bradley Wiggins, les cinq derniers vainqueurs d'une épreuve qui n'a plus vu un Français monter sur la plus haute marche finale depuis Laurent Jalabert et son fameux triplé entre 1995 et 1997. A l'époque, tout le monde voyait déjà un génie en « Jaja ». « Juju » est de la même trempe. Il ne reste plus qu'à le prouver.

 
4 commentaires - Paris-Nice : Toujours leader avant d'attaquer les trois dernières étapes, Alaphilippe se prend à rêver
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]