Pacman, c'est game over

Manny Pacquiao n'a pas encore compris les raisons de sa défaite. (Reuters)

Manny Pacquiao n'a pas encore compris les raisons de sa défaite. (Reuters)

Beaucoup plus convaincant que son challenger, Timothy Bradley, Manny Pacquiao a néanmoins concédé sa première défaite depuis mars 2005 et perdu sa ceinture de champion du monde WBO en poids welter. Le Philippin, battu aux points sur décision partagée et très controversée à Las Vegas samedi, a aussitôt demandé une revanche.

"Je n'ai jamais eu aussi honte qu'aujourd'hui de faire partie du monde de la boxe." Organisateur du combat entre Manny Pacquiao et Timothy Bradley comptant pour le championnat du monde WBO des welters, Bob Arum n’a pu cacher sa colère, à l’écoute du résultat. Il faut dire que la victoire de l’Américain, aux points, prête à polémique. A l’impression générale, comme sur les statistiques officielles, le Philippin semblait en effet un ton au-dessus. Mais les juges, à deux contre un, ont finalement préféré déchoir "Pacman" de son titre. Les 16 000 spectateurs de la MGM Grand Garden Arena pouvaient laisser exploser leur colère.

Malgré ses 253 coups ayant touché sur 751 tentatives, contre 159 sur 839 pour son adversaire, Manny Pacquiao a préféré ne pas versé dans la polémique, et a tenté de rester sobre dans la défaite, aussi injuste soit-elle. "J'accepte le résultat, a réagi le boxeur, qui a subi, à 33 ans, la quatrième défaite de sa carrière, pour 54 victoires. Je respecte les juges, je ne peux pas les critiquer. Cela fait partie du sport. Je donne le meilleur de moi-même mais le meilleur de moi-même n'a pas suffi." Toutefois, interrogé sur le ring pour savoir s’il avait l’impression d’avoir gagné, le Philippin n’a pu retenir un "Absolument oui". Le public en a profité pour l’acclamer.

Dans le camp d’en face, Timothy Bradley, toujours invaincu après 29 combats, était satisfait de son combat. "Chaque round a été plutôt serré. Pacquiao a remporté les premiers rounds. J'ai contrôlé les derniers avec mon direct. Il faut que je revoie le combat chez moi. C'est la boxe", a lancé l’enfant de Palm Springs, qui devrait accepter une éventuelle revanche, demandée par Pacquiao. Bob Arum, lui, n’en finissait plus d’enrager, et de fustiger les juges. "C'est incompréhensible, s’est-il exclamé. Ces gens-là ne savent pas compter. La vérité, c'est qu'ils sont beaucoup trop vieux pour continuer à être juges. Où est-ce qu'ils regardaient ? Ce n'était pas un combat serré. Ce n'est pas bon pour la boxe."

Le Sport sur votre mobile
en images
La revanche Ça sent la poudre Pacquiao, ce héros Holyfield ne se cache pas Comme le bon vin
à lire aussi