Lourds : Dans une interview vérité, Yoka se confie

Lourds : Dans une interview vérité, Yoka se confie©Media365
A lire aussi

Antoine Bourlon, publié le jeudi 07 septembre 2017 à 13h01

Tony Yoka est cash. Il ne calcule pas sa com', ne prend pas de pincettes et dis ce qu'il pense. N'en déplaise à ses détracteurs. Le champion olympique des supers-lourds à Rio l'an dernier sait ce qu'il veut, gagner. Dans une interview accordée au quotidien L'Equipe, Tony Yoka n'a pas caché ses ambitions, à un peu plus d'un mois d'affronter Jonathan Rice, son deuxième adversaire chez les professionnels.

Critiqué pour le choix de son premier adversaire - Travis Scott n'a duré que deux rounds -, Tony Yoka n'en reste pas moins satisfait et s'en réfère à ses idoles, Mike Tyson le premier : « Tyson, son premier adversaire comptait trois défaites en trois combats. Il y a beaucoup d'attente et les gens ont envie de me voir boxer des gros durs. Un peu de patience. » D'autant plus que le Français a déjà programmé son avenir. Il prévoit de reboxer en décembre, puis six fois en 2018. Une faim insatiable nourrie par les performances de ses concurrents, Joshua et Wilder en tête. « Les voir en haut de l'affiche me fait envie. Je suis pressé même si ma carrière n'en est qu'au début. » Une chose est sûre, Yoka ne devra pas brûler les étapes. Rendez-vous le 14 octobre prochain au Zénith de Paris, face à l'Américain Rice (10 combats, 7 victoires, 2 défaites, 1 nul).

Il est celui que la France attendait. Le nouveau boxeur prometteur de l'Hexagone. Une nouvelle notoriété bénéfique ou non, lui qui sur le ring comme en dehors fait le show et veut « s'ambiancer » au prix d'en agacer certains. Une facette de sa personnalité que le Parisien assume. « Sans le show, on sert à quoi ? Faire des Ali's Shuffles, j'en fais depuis tout petit et même à l'entraînement. Certains parlent de manque d'humilité, mais pourquoi cacherais-je ma joie ? » Ce trop-plein de confiance en soi que beaucoup reprochent au boxeur français, qui a encore alimenté cette pseudo-polémique via un tweet en marge du combat McGregor-Mayweather : « Conor qui? La boxe ne s'apprend pas en trois mois. » Dans tous les cas, Yoka ne s'en préoccupe pas, lui qui vient d'être tout juste papa d'un petit Ali. « C'est le début d'une nouvelle vie. [...] Cette naissance renforce mon envie et ma détermination. Si je prends un mauvais coup ou que je suis submergé par la fatigue, mon fils sera là pour m'aider à ne rien lâcher. »

 

 

 
0 commentaire - Lourds : Dans une interview vérité, Yoka se confie
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]