Donnadieu: "Ça fait peur…"

Pascal Donnadieu redoute le PL. (Maxppp).

Pascal Donnadieu redoute le PL. (Maxppp).

Avant le derby francilien contre le Paris-Levallois, vendredi en ouverture de la 4e journée de Pro A, Nanterre n’est pas au mieux. La JSF devra en effet se passer de David Lighty et Marc Judith contre une équipe du PL que Pascal Donnadieu redoute. "Un gros coup dur", dixit l’entraîneur nanterrien.

Pascal, dans quel état d’esprit abordez-vous ce match entre le Paris-Levallois et Nanterre ?
Dans des conditions très difficiles. On a eu pas mal de souci ces derniers jours. Marc Judith est "out" pour six semaines (en raison d’une entorse au pied, ndlr) et David Lighty est obligé de repartir aux Etats-Unis parce que sa mère est gravement malade. Les deux évoluent au même poste. Pour nous, c’est un peu le scénario catastrophe. Sur le papier, on était déjà nettement moins fort que le Paris-Levallois. Donc là, vous imaginez bien à quel point c’est handicapant. C’est vraiment un gros coup dur.

Ça risque donc d’être très compliqué vendredi soir. Vous y croyez malgré tout ?
Vous vous doutez bien qu’on va essayer de faire ce qu’on peut avec les forces du moment et d’opposer le plus de résistance possible. Mais bon, je pense qu’on ne va pas pouvoir faire grand-chose de plus… Quand vous perdez votre meilleur joueur et sa rotation, et qu’en plus vous allez au Paris-Levallois, ça fait peur. Mais ça ne sert à rien de pleurer. On essayera de ne pas être trop en difficulté, on va se battre.

Quel regard portez-vous sur votre voisin du PL, qui s’est bien renforcé à l’intersaison ?
Le Paris-Levallois a, selon moi, le plus bel effectif de Pro A. C’est vrai qu’ils ont fait cet été un recrutement de qualité et tant mieux pour eux. On n’a pas à être jaloux par rapport à ça. Après, nous, on est surtout préoccupé par notre situation. On est une petite cylindrée dans ce championnat et on sait que la saison va être longue. Alors quand en plus votre meilleur joueur vient vous annoncer que sa maman va mal et qu’il vous demande de rentrer chez lui les larmes aux yeux, le derby ne prend qu’une importance relative.

"C’est un coup d’arrêt"

Ce derby, justement, que représente-t-il pour la JSF ?
Peut-être que pour les gens à l’extérieur du club, c’est important. Mais honnêtement, moi, si je devais choisir entre battre un concurrent direct (pour le maintien) et battre le Paris-Levallois, il n’y aurait pas photo !

On dit souvent que pour un club promu l’année précédente, la deuxième saison en Pro A est la plus difficile. Qu’en pensez-vous ?
C’est vrai. La première année, vous avez toujours beaucoup d’enthousiasme, vous restez sur la dynamique de la remontée de la saison d’avant, vous êtes dans l’euphorie. Alors que la deuxième, c’est plus "piégeux", vous êtes plus craints. La saison passée, je pense qu’on a parfois été un peu pris à la légère.

Le week-end dernier, vous avez signé contre l’Asvel votre première victoire de la saison (90-77). On peut déjà parler de match référence ?
Oui, on a fait des choses intéressantes après avoir été inquiets contre Le Havre, où on n’avait pas été bon du tout. C’est toujours rassurant de voir qu’on est capable de livrer ce genre de prestation. Mais, le problème, c’est que ces deux absences risquent de casser cette dynamique qu’on était censé créer. Face au PL, on arrivait sans pression pour continuer à mettre l’équipe en place. Là, c’est un coup d’arrêt et c’est embêtant.

Cette victoire contre Villeurbanne coïncidait avec les débuts de Chris Massie, l’ancien pivot de Limoges. Est-ce qu’il peut changer la donne pour Nanterre ?
Il faut déjà qu’il trouve ses marques dans l’équipe et que les autres apprennent à jouer avec lui. Ça se met en place progressivement. C’est vrai qu’il nous apporte son expérience et sa stabilité. Pour ça, il nous fait du bien. Mais il faut encore patienter et travailler avec lui pour qu’on soit encore plus performant à moyen terme.

en images
Le doublé des Huskies Souvenir ! Heureux Ribéry ! Surprise Surprise Au forceps