Collet, place à Strasbourg

Les JO terminés, Vincent Collet se penche désormais sur son club de Strasbourg. (Maxppp)

Vincent Collet a tourné la page de l'équipe de France et des Jeux Olympiques pour se concentrer sur Strasbourg. L'entraîneur de la SIG a retrouvé ses joueurs en début de semaine et fait le point sur les principaux enjeux du début de saison en Pro A. 

"Il y a eu une déprime." Vincent Collet ne s’en cache pas. Avaler la pilule de l’élimination des Bleus contre l’Espagne, en quarts de finale du tournoi olympique, lui a demandé du temps et les deux semaines de repos qu’il a prises à son retour de Londres ne lui ont permis de digérer qu’en partie l’absence de médaille. Cet objectif lui semblait "jouable", malgré l’absence de Joakim Noah et les multiples contretemps qui ont perturbé la préparation, si bien que le sélectionneur de l’équipe de France a rejoint Strasbourg avec "des regrets", mais aussi la ferme intention de désormais tout donner pour son club en Pro A.

"Le fait de redémarrer ici va me permettre d’évacuer tout cela rapidement. Surtout que je sais que l’on va être mieux armé que l’an dernier, assure-t-il dans les colonnes de L’Alsace. Je suis prêt à relever le défi." A la SIG, le cap fixé par le président Martial Bellon est clair: la qualification pour les playoffs. Le coup n’était pas passé loin, la saison dernière, et Vincent Collet estime que les chances du club strasbourgeois sont cette fois plus grandes. "On l’a loupée de peu lors du dernier exercice alors nous avons vraiment la volonté d’intégrer le top 8, rappelle-t-il. La saison dernière nous a donné de l’appétit et l’envie de franchir un palier. Cela ne sera pas simple, il faudra le mériter."

"On a besoin d’un scoreur"

Sur le papier, l’effectif de la SIG a fière allure puisque les dirigeants ont su trouver les arguments pour retenir l’intérieur français Alexis Ajinça et l’ailier dominicain Ricardo Greer, les deux leaders naturels de l’équipe sur le parquet en 2011-2012. Seuls Chris Oliver, Abdoulaye M’Baye et Kevin Anderson ont quitté les bords de l’Ill, des départs compensés par les arrivées de Jeff Greer et Louis Campbell. "On est parvenu à conserver l’ossature du groupe et surtout nos meilleurs joueurs, apprécie Vincent Collet, conscient du temps qu’il gagnera lors de la préparation avec un groupe stable. Nous devrons nous servir de ce vécu et de l’apport des recrues pour avoir une équipe encore plus performante."

Le seul couac de l’été pour Strasbourg est le départ précipité de l’arrière américain Rashad McCants, qui n’a pas satisfait à la visite médicale et a dû retourner illico aux Etats-Unis sans passer par la salle du Rhénus. Une mauvaise nouvelle dont se seraient bien passé le coach et son staff, contraints de chercher un nouveau joueur de ce profil. "Il faut qu’il soit bon, on a vraiment besoin d’un scoreur, prévient Vincent Collet. Le mieux serait de l’avoir dans la semaine qui vient mais il y a pas mal de pistes et c’est un travail de fourmis. Le recrutement de la dernière pièce du puzzle est important car si notre équipe me plaît bien, j’ai conscience qu’elle a besoin d’un joueur qui représente une véritable menace."