Chalon, l'équipe à battre

Blake Schilb et Chalon veulent régner sur la Pro A. (Maxppp)

Blake Schilb et Chalon veulent régner sur la Pro A. (Maxppp)

Alors que la saison de Pro A débute vendredi, notre rédaction s'est penchée sur les différents effectifs des formations de l'élite. Le Mans et le Paris-Levallois semblent les mieux armés pour empêcher Chalon de conserver son titre, alors ce sera compliqué pour Boulazac, Le Havre ou Nanterre de se maintenir.

CHALON-SUR-SAÔNE, LE MANS, PARIS-LEVALLOIS *****
Champion de France en titre, Chalon-sur-Saône sera évidemment attendu au tournant dans une Pro A où aucun club n’a plus réussi à bisser depuis Pau-Orthez, en 2003 et 2004. Avoir conservé Blake Schilb, MVP étranger de la saison dernière, et plusieurs autres joueurs clés du triplé Semaine des As-Coupe de France-Championnat, comme Steed Tchicamboud, Ilian Evtimov, Joffrey Lauvergne ou Michel Jean-Baptiste Adolphe, permet à l’Elan de ne pas repartir à zéro. Reste à voir comment les recrues Shelden Williams et Marcus Denmon vont s’intégrer dans ce collectif.

L’accumulation des matches, avec l’Euroligue, sera aussi un paramètre à prendre en compte pour Gregor Beugnot et ses joueurs. Une compétition à laquelle Le Mans, finaliste de la Pro A en 2011-2012, ne participera pas. Le MSB, qui jouera l’Eurocoupe, a montré ces derniers jours contre des équipes comme Donetsk et Kazan qu’il était déjà affûté. Avec Joao Paulo Batista, Alain Koffi, Dounia Issa et Victor Cuthbert, le secteur intérieur sarthois est bien fourni. L’arrivée de Pape Sy est aussi un plus, la pression étant sur Khalid El-Amin qui succèdera à Taylor Rochestie à la mène.

Derrière ces deux favoris naturels, le Paris-Levallois aura également les dents longues. Si Lamont Hamilton et Eric Chatfield sont partis, les dirigeants du PL n’ont pas lésiné sur les moyens pour offrir à Christophe Denis un effectif de qualité. Andrew Albicy, Antoine Diot, Maleye Ndoye, John Cox et Louis Labeyrie, des joueurs qui connaissent tous le championnat, ont ainsi rallié la capitale, l’intérieur américain Sean May ayant renforcé une raquette déjà garnie avec Jawad Williams et Jonathan Aka. Avec de tels arguments, les Franciliens auront forcément de grandes ambitions.

Quel visage pour l’Asvel ?

GRAVELINES-DUNKERQUE, ROANNE, NANCY ****
Auteur d’une saison régulière remarquable en 2011-2012 avec 27 victoires en 30 matches, avant d’être éliminé par Cholet en quarts de finale des playoffs, Gravelines-Dunkerque a cru que sa chance était passée, surtout lorsque Dounia Issa, Rudy Jomby, Pape Sy et Andrew Albicy ont plié bagages. Mais Yannick Bokolo, qui voulait lui aussi partir, est finalement resté au BCM, qui a réussi à attirer Abdoulaye M’Baye, Aldo Curti, Ousmane Camara et David Noel. Un recrutement qui devrait permettre à Christian Monschau et ses troupes de rester dans le wagon de tête.

Mais la concurrence sera rude pour intégrer le top 4 avec Roanne, qui a renouvelé son effectif à 100% et enrôlé quelques bons JFL tels que Victor Samnick, Pape-Philippe Amagou, William Gradit et Yohann Sangaré. Si la mayonnaise prend avec les jueurs étrangers, et notamment Alan Voskuil et Matt Howard, la Chorale peut viser le haut de tableau. Nancy, champion en 2011, aussi. Jean-Luc Monschau a vu sa troupe modifiée cet été, mais les signatures de Nicholas Pope, Marcellus Sommerville, Souleyman Diabaté et Hervé Touré sont de vrais motifs d’espoir.

STRASBOURG, ASVEL, ORLÉANS ***
Avoir raté les playoffs la saison passée est resté en travers de la gorge de Vincent Collet, qui compte bien faire en sorte que Strasbourg soit au rendez-vous en 2013. A l’intersaison, la SIG a misé sur la stabilité en conservant ses cadres (Alexis Ajinça, Ricardo Greer, Maxime Zianveni) et en apportant quelques retouches avec Jeff Greer, Louis Campbell et surtout Gerald Fitch, l’arrière scoreur que le coach alsacien voulait. Suffisant pour intégrer le top 8 ? La question se pose également pour son ancien club, Villeurbanne, qui a fait le ménage et espère rebondir.

Après deux saisons galères, l’Asvel a limité les risques en prenant des joueurs expérimentés (Amara Sy, Georgi Joseph, Uche Nsonwu-Amadi et Paccelis Morlende). Le gros regret de Pierre Vincent reste le départ de certains jeunes prometteurs comme Kim Tillie et Léo Westermann. Comme souvent, le point d’interrogation pour la "Green Team" sera la performance des Américains, Michael "Juice" Thompson à la mène et Tim Abromaitis dans la raquette. Du côté d’Orléans, l’été a également été agité. Sur le papier, l’OLB semble un peu juste pour viser le quatuor de tête.

Le maintien pour Limoges ?

CHOLET, LIMOGES, DIJON **
Il y a toujours des surprises dans une saison. Revoir Cholet au premier plan en serait une petite. Le club des Mauges va effectivement devoir digérer les départs de leur coach emblématique Erman Kunter et de Fabien Causeur, élu MVP français en 2011-2012. Le CB a toujours de jeunes talents en réserve, avec Rudy Jomby et surtout un Rudy Gobert promis à la NBA. A Jean-Manuel Sousa, qui arrive du Havre, de mettre tout ça en musique pour accrocher une place en playoffs. Pour Limoges, l’un des deux promus, l’objectif est le même. 

Si les dirigeants du CSP, champion de Pro B, affirment ne viser que le maintien, l’arrivée du légendaire entraîneur grec Panagiotis Giannakis sur le banc est un signe d’ambition. S’il est venu, ce n’est pas sûrement pas pour se contenter d’une quatorzième place. Kyle McAlarney, Joseph Gomis, Nobel Boungou Colo et Raphaël Desroses ont le niveau pour la Pro A, les recrues Bradley Wanamaker, Aneglos Tsamis, Ty Walker et Edin Bavcic doivent le prouver. Dijon, qui n’a pas beaucoup bougé, sera dans ce lot des équipes trouble-fête, à la lutte pour les playoffs.

BOULAZAC, LE HAVRE, POITIERS, NANTERRE *
Finaliste de Pro B en juin, Boulazac sait que la saison sera difficile. Le maintien serait déjà bien pour Sylvain Lautié, qui pourra notamment compter sur Darryl Monroe pour aller au combat. Le Havre, dont le recrutement a été encadré par la DNCGG, risque aussi de vivre un exercice compliqué malgré le retour de Bernard King. Poitiers devra se reconstruire après le départ d’Evan Fournier en NBA et les retraites de Rasheed Wright et Yann Devéhat. Quant à Nanterre, la deuxième saison dans l’élite est souvent la plus dure…

Le Sport sur votre mobile
Les pronostics de la rédaction

Neuf journalistes de la rédaction se sont prononcés sur la saison à venir. Chacun d’eux a donné son favori pour le titre, les deux clubs qu’il voyait descendre en Pro B ainsi que le nom des MVP français et étranger. Voici les résultats.
 
Champion: Chalon-sur-Saône (4), Le Mans (4), Paris-Levallois (1)
 
Relégués: Boulazac (9), Le Havre (6), Poitiers (3)
 
MVP français: Alexis Ajinça (2), Andrew Albicy (2), Amara Sy (2), Yannick Bokolo (1), Antoine Diot (1), Pape Sy (1)
 
MVP étranger: Blake Schilb (6), Joao Paulo Batista (2), John Linehan (1)