Diot à la recherche du temps perdu

Antoine Diot veut rattraper le temps perdu. (Maxppp)

Antoine Diot veut rattraper le temps perdu. (Maxppp)

En fin de contrat au Mans, Antoine Diot a rejoint le Paris-Levallois cet été. Avec une idée derrière la tête: rattraper le temps perdu, lui qui n'a disputé que quatre matches de Pro A la saison dernière en raison d'une hernie discale récalcitrante. "Je me sens vraiment très, très bien", clame aujourd’hui le Bressan, qui s’apprête à retrouver son ancien club samedi soir à Marcel-Cerdan lors de la deuxième journée du championnat de France.    

Cet été, le PL a pris un pari, celui de relancer Antoine Diot. S’il est encore trop tôt pour dire qu’il est réussi, le retour au premier plan du meneur de jeu est en bonne voie. Ce n’était pourtant pas gagné pour un joueur à la trajectoire sinusoïdale. Grand espoir du basket français il y a trois ans, après un Euro 2009 réussi dans l’ombre de Tony Parker, le Bressan alors âgé de 19 ans avait de belles années devant lui, en équipe de France comme en club, au Mans.

Mais tout s’est écroulé ou presque quand, en mai de l’année suivante, une hernie discale qui aurait dû l’immobiliser deux mois, trois tout au plus, l’a stoppé en plein élan. Cette blessure, Antoine Diot a mis plus de deux ans à complètement s’en remettre. "C’était très frustrant, raconte-t-il aujourd’hui à 20minutes.fr. A chaque reprise d’activité physique un peu soutenue, j’avais des pointes de douleur dans le dos, même sur des simples déplacements, et je devais de nouveau m’arrêter."

L’ex-pensionnaire du centre fédéral a tenté de revenir plusieurs fois, mais a toujours fini par rechuter au point de ne disputer en 2011-2012, pour sa dernière année au MSB, que quatre matches de Pro A. Dans ces circonstances, Antoine Diot aurait pu sombrer. Il a préféré positiver. "J’ai vu que Dwight Howard avait la même chose: je ne le connais ni d’Eve ni d’Adam mais ça aide à relativiser, explique-t-il. On se dit que les blessures font partie du quotidien d’un sportif de haut niveau."

Un avenir en bleu ?

En fin de contrat au Mans, l’ancien Sarthois a choisi durant l’intersaison de saisir la main tendue par le Paris-Levallois. Une confiance qu’il tente de rendre sur le terrain. Après une préparation prometteuse, aux côtés notamment d’Andrew Albicy, il s’est d’entrée mis en évidence le week-end dernier contre Orléans, lors de la première journée, avec une feuille de statistiques bien noircie (19 points, 7 rebonds, 9 passes, 23 d’évaluation). Et espère faire de même samedi contre… le MSB.

"Je me sens vraiment très, très bien dans cette équipe, affirmait-il sur OLBTV après la victoire du PL (93-75). On aime tous se passer la balle donc c’est très plaisant. En plus, on joue un basket plutôt rapide. On se fait plaisir, chacun prend ses shoots. Il faut qu’on continue comme ça, même si on a encore beaucoup de progrès à faire en défense. On est dans la bonne direction." Surtout lui, qui doit rattraper tout ce temps perdu, et notamment les trois dernières campagnes avec les Bleus.

"On a des ambitions qui sont déclarées, on veut gagner des titres cette année et pour ça, c’est important de faire une bonne saison, confiait-il récemment à BasketNews.net. Je nous vois dans le top 4. Maintenant, ce n’est pas pour ça qu’on va y être, ça passera par énormément de travail." S’il atteint ses objectifs avec le PL, Antoine Diot pourrait ensuite prétendre à nouveau à une place en sélection. En back-up de Tony Parker, comme il y a trois ans.