NBA - Saison régulière : Quel bilan pour les Frenchies ?

NBA - Saison régulière : Quel bilan pour les Frenchies ?©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le vendredi 17 février 2017 à 16h06

Aucun Français ne sera présent au All Star Game NBA ce week-end. Les onze Frenchies sont au repos. Profitons-en pour faire le bilan de leurs performances depuis le début de saison.

Evan Fournier (Orlando Magic) : 33,1 minutes de jeu, 16,8 points, 3,3 rebonds et 3,4 passes de moyenne en 45 matchs
Meilleur marqueur français de la NBA, Evan Fournier est pourtant à la peine sur le plan collectif, puisqu'Orlando ne pointe qu'à l'avant-dernière place de la Conférence Est. L'arrière de 24 ans est l'arme offensive n°1 du Magic, mais il est bien trop seul pour espérer amener son équipe en play-offs. Le Français n'a pu jouer que 14 matchs en 2017, la faute à un talon récalcitrant, et la franchise floridienne s'est écroulée. La fin de saison risque d'être bien longue du côté d'Orlando...

Nicolas Batum (Charlotte Hornets) : 34,6 minutes de jeu, 15 points, 7,1 rebonds et 6,1 passes de moyenne en 53 matchs
Il est le Français le plus complet en termes de statistiques, et ce n'est pas Charlotte qui va s'en plaindre. Batum, qui a signé un énorme contrat cet été, répond aux attentes cette saison, sans être extraordinaire non plus. Deuxième arme offensive des Hornets derrière Kemba Walker, le Français fait son job. Mais en ce moment, Charlotte connait un gros passage à vide et est retombé à la 11eme place de l'Est après avoir longtemps été dans le Top 4. Les stats de Nicolas Batum sont pourtant à peu près identiques au début de saison, mais le Français va devoir encore hausser son niveau pour emmener les Hornets en play-offs. Une non-qualification serait clairement un échec.

Rudy Gobert (Utah Jazz) : 33,5 minutes de jeu, 12,9 points, 12,6 rebonds et 1 passe de moyenne en 57 matchs
Si un Français avait dû participer au All Star Game ce week-end, cela aurait été lui. Mais les coachs NBA en ont décidé autrement. Rudy Gobert, qui tourne à un double-double de moyenne, réussit la meilleure saison de sa carrière et est devenu le leader de Utah aux côtés de Gordon Hayward. Excellent en défense et d'une efficacité redoutable aux tirs (64% de moyenne), le pivot de 24 ans justifie son contrat record qui fait de lui le sportif français le mieux payé. S'il continue comme ça, le All Star Game pourrait lui tendre les bras la saison prochaine.

Tony Parker (San Antonio) : 26,1 minutes, 10,6 points, 4,8 passes et 1,9 rebond de moyenne en 43 matchs
Au sein de la deuxième meilleure équipe de la Ligue, le meneur français réalise une saison conforme à son âge (34 ans) et à son talent. Le Français est économisé par son coach Gregg Popovich dès que le match tourne en faveur des Spurs, afin qu'il puisse être au top de sa forme en play-offs. Kawhi Leonard étant le leader offensif de San Antonio, Parker ne marque plus autant qu'avant, mais continue de délivrer des passes comme à ses plus beaux jours. Si un Français peut être champion NBA cette année, ça ne peut être que lui.

Joffrey Lauvergne (Oklahoma City Thunder) : 14,8 minutes de jeu, 5,7 points, 3,7 rebonds et 1 passe de moyenne en 50 matchs
Dans une équipe d'Oklahoma City où tourne autour de Russell Westbrook, l'homme au triple-double de moyenne, le pivot français tente tant bien mal de se faire une place. Il débute tous les matchs sur le banc, mais la blessure idiote d'Enes Kanter (qui s'est fracturé l'avant-bras en tapant sur une chaise) lui a permis d'augmenter son temps de jeu et sa moyenne de points en février (19,6 min et 8,5pts). Sauf catastrophe, le joueur de 25 ans devrait disputer les play-offs NBA pour la première fois de sa carrière en avril.

Joakim Noah (New York Knicks) : 22,1 minutes de jeu, 5 points, 8,7 rebonds et 2,2 passes de moyenne en 46 matchs
On ne va pas se mentir, pour le moment, l'arrivée de Noah dans sa franchise de cœur ne se passe pas de la meilleure des façons. Le pivot français, toujours très bon en défense, peine énormément à marquer des paniers, ce qui reste tout de même la base du basket. Et certains de ses ratés aux lancers-francs ont fait le tour du monde... Noah (31 ans) n'est plus aussi en forme physiquement que lors de ses belles années aux Bulls, et il n'a pas (encore ?) les moyens de redresser des Knicks en perdition, douzièmes de l'Est après avoir été quatrièmes en décembre.

Boris Diaw (Utah Jazz) : 18,2 minutes, 4,8 points, 2,2 passes et 2 rebonds de moyenne en 48 matchs
Après des débuts difficiles dans l'Utah (9,1% d'adresse sur ses trois premiers matchs, contre 40% en février), Boris Diaw a peu à peu trouvé sa place, même s'il débute le plus souvent les matchs sur le banc (27 matchs en tant que remplaçant, contre 21 présences dans le cinq majeur). A 34 ans, « Bobo » apporte toute son expérience aux jeunes joueurs du Jazz, à commencer par son compatriote Rudy Gobert. Sauf catastrophe, Utah (5eme de l'Ouest) va retrouver les play-offs après cinq ans d'absence, et le Français, sacré champion en 2014, devrait encore apporter plus à ce moment-là.

Alexis Ajinça (New Orleans Pelicans) : 15,2 minutes, 4,7 points, 4,5 rebonds et 0,3 passe de moyenne en 23 matchs
Il est sans doute le Français le plus mal à l'aise dans sa franchise, et un trade d'ici la date-limite du 23 février ne serait pas une surprise (une rumeur l'a même envoyé à Philadelphia la semaine passée). Alexis Ajinça joue de moins en moins à New Orleans (12 matchs en décembre, 1 en janvier, 2 en février), alors qu'il n'est pas blessé, et cela commence à l'agacer sérieusement. D'autant que les Pelicans réalisent une saison plutôt anonyme (11emes de l'Ouest) et seule la star Anthony Davis brille. Il y aurait sans doute de la place pour le Français dans la raquette, mais Alvin Gentry ne compte pas sur lui.

Timothé Luwawu-Cabarrot (Philadelphia 76ers) : 11,5 minutes de jeu, 3,7 points, 1,4 rebond et 0,7 passe de moyenne en 43 matchs
C'est la belle surprise de cette saison côté français. Alors qu'il avait été envoyé en Ligue de développement en début de saison, le rookie de 21 est rapidement revenu chez les 76ers, et ne cesse d'augmenter son temps de jeu. Entre novembre et février, il a gagné dix minutes en moyenne par match, et plus de trois points, et a même débuté son premier match. Au sein d'une franchise en plein renouveau (13eme de l'Ouest) et où il a tout à gagner, l'avenir semble lui appartenir.

Kevin Séraphin (Indiana Pacers) : 12,2 minutes, 4,6 points, 3,2 rebonds et 0,6 passe de moyenne en 34 matchs
Le All Star break va faire du bien à Indiana, qui reste sur six défaites d'affilée et pointe au sixième rang de la Conférence Est. Au sein des Pacers, Kevin Séraphin fait petit à petit son trou, même s'il n'a débuté qu'à trois reprises un match dans le cinq majeur. En 34 rencontre, le joueur de 27 ans, qui était tout près de quitter la NBA cet été, apporte sa contribution dans la raquette en sortie de banc. C'est déjà pas mal.

Ian Mahinmi (Washington Wizards) : 13,5 minutes de jeu, 2,4 points et 2,6 rebonds de moyenne en 5 matchs
Longuement blessé au genou, le pivot de 30 ans n'a pu jouer que cinq matchs avec les Wizards cette saison. De retour depuis seulement quelques jours, il débute pour le moment sur le banc, au sein d'une équipe de Washington où tout va pour le mieux après des débuts difficiles. John Wall et ses hommes sont troisièmes de l'Est, et la présence de Mahinmi en sortie de banc pendant les (probables) play-offs ne pourra pas faire de mal.

 
0 commentaire - NBA - Saison régulière : Quel bilan pour les Frenchies ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]