NBA : Monsieur dernières minutes, Parker a fait la différence dans le money time contre Memphis

NBA : Monsieur dernières minutes, Parker a fait la différence dans le money time contre Memphis©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le vendredi 24 mars 2017 à 09h49

Battu par Memphis lors des deux premières confrontations de la saison entre les deux franchises, San Antonio a empêché les Grizzlies de faire la passe de trois en l'emportant de sept points (97-90), jeudi au Texas. Un succès qui porte la patte Tony Parker, décisif en fin de match.

LE MATCH DE LA NUIT
Il faut un début à tout. Brooklyn, qui n'avait encore jamais aligné deux victoires de suite cette saison, y est parvenu jeudi en s'imposant très nettement sur son parquet face à Phoenix (126-98). Si le dernier de NBA a pu compter sur le talent de Brook Lopez (19 points, 7 sur 14 aux tirs) pour s'envoler rapidement au score, les Nets peuvent surtout louer le manque d'expérience rare à ce niveau du cinq majeur des Suns lors de ce match. Avec une moyenne d'âge de 21 ans et 14 jours, jamais une équipe n'avait d'ailleurs présenté un cinq aussi jeune dans la ligue, Alex Len, avec ses 23 ans, faisant presque même figure d'ancien (le précédent record appartenait aux Clippers, avec un cinq majeur âgé de 21 ans et 143 jours de moyenne le 15 novembre 2010). Ce qui n'a pas empêché les très prometteurs Devin Booker (20 ans) et le plus jeune encore Chris Marquese (19 ans) de marquer à eux deux plus de la moitié des points de la franchise de l'Arizona face à Brooklyn (51 : 23 pour Marquese, 28 pour Booker).
LE FRANÇAIS DE LA NUIT
Il faut un début à tout (bis). Battu par Memphis lors des deux premières confrontations de la saison entre les deux franchises, San Antonio a empêché les Grizzlies de faire la passe de trois en l'emportant de sept points (97-90), jeudi au Texas. LaMarcus Aldridge, meilleur marqueur du match avec 23 points, et l'inévitable Kawhi Leonard, un ton en-dessous toutefois de ses dernières sorties (19 points), ont été deux des artisans majeurs de ce premier succès de la saison des Spurs face Mike Conley Jr (22 points) et ses partenaires. Mais ce succès doit aussi beaucoup à la performance de Tony Parker, royal dans le money time notamment, où ses deux passes décisives coup sur coup pour Lee puis Aldridge (7 au total) ont permis dans un premier temps aux Spurs de décramponner des Grizzlies encore au contact quelques minutes plus tôt. Mais Memphis, décidément accrocheur, s'est encore rapproché dans les derniers instants, avant que « TP » ne mette définitivement fin aux espoirs adverses sur un trois points assassin. Le seul de cette partie pour le meneur français, auteur de 13 points.
LA PERF DE LA NUIT
Sur son parquet, Miami n'a pas résisté à l'ouragan Toronto (101-84), soufflé par un DeMar DeRozan stratosphérique. Auteur de 40 points (14 sur 25 aux tirs), deux jours après en avoir inscrits 42 contre Chicago, l'arrière All Star des Raptors a fait oublier Kyle Lowry et Serge Ibaka en signant son sixième match de la saison à 40 points et plus, mais surtout le deuxième de suite après sa performance déjà monstrueuse face aux Bulls. Depuis Vince Carter lors de la saison 2000-2001, plus aucun joueur de la franchise canadienne n'était par ailleurs parvenu à terminer à 32 points ou plus au moins vingt fois dans une saison. Ce dont peut à son tour se vanter DeRozan depuis jeudi et cette prestation phénoménale qui a vu le joueur de la Dream Team prendre des shoots de partout sur le terrain, sans pour autant connaître une grande réussite à trois points. Mais quand il lui avait fallu 38 tirs pour atteindre son total de 42 points face à Chicago, il n'a eu besoin que de 25 pour signer ses 40 unités de jeudi.
LE FLOP DE LA NUIT
Le miracle n'a pas eu lieu. Venu à Portland sans Carmelo Anthony, Derrick Rose et Lance Thomas, laissés au repos en raison de pépins physiques divers, New-York ne pouvait pas s'attendre à autre chose qu'une déconvenue sur le parquet des Blazers (110-95). Pas de surprise : Damian Lillard (30 points, 5 passes), CJ McCollum (20 points) et leurs coéquipiers ont dominé de bout en bout des Knicks qui n'ont pu s'en remettre temporairement qu'aux prouesses de Kristaps Porzingis (18 points, 9 rebonds) pour ne pas sombrer davantage. Mais à l'arrivée, il n'y a rien à redire à cette victoire de quinze points de Portland face à des New-Yorkais ayant fait le déplacement avec leur équipe B.
LA DECLA DE LA NUIT
Pris en tenaille entre les deux géants Blake Griffin et DeAndre Jordan, José Juan Barea ne s'est pas laissé démonter. Poussé par Griffin et serré de près par Jordan, le petit meneur de Dallas (1,83 m) s'est dégagé à sa manière, à savoir en décochant une sorte de léger coup de poing à son adversaire, envoyant même au sol le colosse de 2,08 m. Sur le coup, Griffin n'a pas vraiment essayé de rester sur ses appuis, ce qui faisait dire après-coup à l'entraîneur des Mavericks Rick Carlisle : « Regardez son sourire malicieux, ça résume toute l'histoire de cette action. Il n'y a que ça à regarder. » Un sentiment partagé par le Portoricain, surpris lui aussi que l'ailier des Clippers se retrouve les fesses sur le parquet. « Je l'ai juste poussé un peu et il a atterri super loin. Ce n'est pas grand-chose. »
LE TOP 5 DE LA NUIT



NBA - SAISON REGULIERE
Jeudi 23 Mars 2017
Miami Heat - Toronto Raptors : 84-101
Brooklyn Nets - Phoenix Suns : 126-98
Dallas Mavericks - Los Angeles Clippers : 97-95
San Antonio Spurs - Memphis Grizzlies : 97-90
>>> Stats de Tony Parker (SAN) : 29 minutes, 13 points (5 sur 12 aux tirs, dont 1 sur 3 à trois points), 2 rebonds, 7 passes, 2 fautes

Portland Trail Blazers - New York Knicks : 110-95
>>> Joakim Noah (NYK), blessé, n'a pas joué

 

 
0 commentaire - NBA : Monsieur dernières minutes, Parker a fait la différence dans le money time contre Memphis
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]