Dumerc toujours sur son nuage

 Dumerc-Open LFB

Céline Dumerc est toujours sur son nuage. (Bellenger/IS/FFBB)

Héroïque aux Jeux Olympiques avec les Bleues, Céline Dumerc a encore été très en vue avec Bourges contre Perpignan (66-55), samedi soir, à l’occasion de l’Open LFB. La meneuse et capitaine berruyère (20 points, 6 rebonds, 3 passes) a comblé le public de Coubertin, qui lui avait réservé un accueil chaleureux.

Elle était attendue, et Céline Dumerc a répondu présent. A peine plus d’un mois après son retour de Londres avec les "Braqueuses", médaille d’argent autour du cou, la meneuse et capitaine de l’équipe de France savait qu’elle n’avait pas trop le droit de se manquer avec Bourges, samedi soir à Coubertin, à l’occasion de l’Open LFB qui lance la saison. Une pression qu’elle a plutôt bien supportée puisqu’elle a signé 20 points, 6 rebonds et 3 passes décisives en 33 minutes, permettant aux Tango de débuter par une victoire contre Perpignan (66-55) cet exercice 2012-2013.

Il ne faudra pas forcément s’attendre à ce que "Cap’s" réitère ce genre de performances tous les week-ends comme elle l’avait fait en août avec les Bleues lors d’un tournoi olympique de légende. "Ce qui me fait peur, c’est que les gens vont attendre la Céline Dumerc des Jeux Olympiques. Sauf que celle-là, elle était à Londres, pas à Bourges, avait-elle confié à RMC avant cette rencontre face au promu catalan. Je suis redevenue la même joueuse que j’étais auparavant. Je ne vais pas marquer que des trois points à la dernière seconde. Je ne suis pas une machine."

C’est justement ce qui rend sa sortie du jour encore plus belle. Un peu timorée en début de match, quelques minutes après avoir été acclamée par le public parisien en compagnie de ses coéquipières tricolores honorées pour l’occasion, Céline Dumerc a retrouvé toute son adresse dans le troisième quart-temps pour finir à 6/14 aux tirs, dont 4/10 à longue distance. En l’absence d’Endene Miyem, blessée, Emmeline Ndongue s’est elle aussi bien défendue dans la raquette (12 points, 6 rebonds). Mais la star, c’était "Cap’s". Plus que jamais la "Tony Parker" au féminin.