Les "Braqueuses" en vitrine 

 Dumerc-Bourges

Céline Dumerc et Bourges seront attendues. (Bellenger/Allée/FFBB)

La saison de ligue féminine reprend ce week-end à Paris avec l’Open LFB, qui réunit sur deux jours tous les clubs de l’élite dans la salle de Coubertin, à l’occasion de la première journée du championnat. Un exercice que Bourges, porté par ses "Braqueuses" Céline Dumerc, Endene Miyem et Emmeline Ndongue, débute avec l’étiquette de favori.

Il y a comme un vent de fraîcheur qui porte le basket féminin. Un air venu du nord, de Londres. C’est l’effet Jeux Olympiques. La médaille d’argent remportée par les filles de Pierre Vincent cet été a placé sous le feu des projecteurs des joueuses comme Céline Dumerc, Isabelle Yacoubou, Sandrine Gruda ou encore Emilie Gomis, reconnues depuis plusieurs années sur les parquets français et européens mais jusqu’ici assez anonymes auprès du grand public. Des joueuses qui, aujourd’hui, font l’objet de reportages dans les journaux télévisés de grandes chaînes nationales.

Preuve de ce nouvel engouement, l’Open LFB se jouera ce week-end à guichets fermés. C’est la première fois depuis sa création en 2005 que cet événement, qui réunit sur deux jours toutes les équipes de la ligue féminine à l’occasion de la première journée du championnat, affiche complet. Mais c’est maintenant que le plus dur commence, pour exister dans la durée. "Le fait d’avoir le championnat d’Europe en France l’année prochaine va amener un peu plus d’engouement et j’espère que les médias vont continuer à parler de nous", explique "Cap’s" dans L’Equipe.

Bourges, qui d’autre ?

Une Céline Dumerc qui, vu ses performances aux JO 2012, sera forcément très attendue à chacune de ses sorties avec Bourges. Grandissime favori à sa propre succession, le CJM compte profiter de la ferveur autour de ses trois "Braqueuses" (Céline Dumerc, Endene Miyem et Emmeline Ndongue) pour surfer sur cette vague de popularité et rester au sommet de la pyramide. L’objectif des Tango est clair: remporter à nouveau le titre de champion, reconquérir la Coupe de France abandonnée à Arras la saison passée mais aussi se qualifier pour le Final Eight en Euroligue.

La difficulté pour Valérie Garnier et ses protégées sera d’être compétitives sur tous les tableaux, d’autant que Lattes-Montpellier, finaliste malheureux en 2011-2012, aura les dents longues avec l’arrivée d’Emilie Gomis. Derrière les Berruyères et Montpelliéraines, tout est ouvert et Lyon, désormais entraîné par Laurent Buffard, aura une carte à jouer, le LBF ayant effectué un joli coup en enrôlant notamment Mistie Mims, meilleure joueuse étrangère de la ligue depuis deux ans. A tout ce petit monde d’occuper la scène, avant l’Euro 2013 et le retour des Bleues.

Et aussi
Le Sport sur votre mobile
Open LFB, le programme

Open LFB, le programme