Jean-Pierre Siutat prend clairement position dans le conflit FIBA-Euroligue

Jean-Pierre Siutat prend clairement position dans le conflit FIBA-Euroligue©Media365
A lire aussi

, publié le mardi 22 mars 2016 à 10h02

Alors que la Basketball Champions League a été officiellement présentée ce lundi à Paris, le président de la Fédération française de basketball Jean-Pierre Siutat a clairement indiqué que le basketball tricolore se rangeait du côté de la FIBA face à l'Euroligue.

Le basketball de clubs européens vit un réel psychodrame entre la FIBA qui veut reprendre la main sur les compétitions et l'ECA qui souhaite refermer son Euroligue autour des principaux clubs européens, avec lesquels elle a signé pour les dix prochaines années. Face à cela, le basketball français a pris une position claire, réaffirmée ce lundi lors de la présentation de la nouvelle Basketball Champions League (BCL). « La Basketball Champions League est née, je pense qu'elle est bien née. Ce sera un produit qui sera valorisé financièrement, il y a quand même une bonification intéressante, a rappelé Jean-Pierre Siutat, président de la FFBB. Elle est basée sur des valeurs sportives, ce sont ceux qui auront gagné leur place sur le plan sportif qui seront là. Il n'y a pas de raison pour que ça ne fonctionne pas. » Mais ce qui motive la Fédération française, c'est l'avenir des équipes de France, rendu incertain par le projet de l'ECA, qui ne cadre pas avec la réforme des calendriers voulue par la FIBA. « Notre volonté est d'organiser les choses pour que, dès le mois de novembre 2017, les pays d'Europe mais aussi les pays du monde entier puisse bénéficier de leurs joueurs en équipes nationales pour pouvoir participer aux fenêtres de qualification pour la Coupe du monde 2019. Là, aujourd'hui, pour être clair, l'Euroligue et l'Eurocoupe sont des compétitions de qualité mais ne tiennent pas compte des fenêtres, tonne le patron du basket français. A un moment donné, on ne peut pas se lancer dans ce nouveau système de fenêtres et de se qualifier via ces fenêtres si, derrière, les équipes nationales ne sont pas constituées. »

La France représentée, mais quid de Strasbourg ?
Alors que la présence des clubs français dans les compétitions de l'ECA, tant l'Euroligue que l'Eurocoupe était incertaine, Jean-Pierre Siutat s'est dit ravi de voir que les clubs français, sur la base de leur mérite sportif, pourront participer à la Basketball Champions League aux côtés des clubs des 29 autres pays européens qui se sont engagés à participer à la BCL. « Nous avons trois places garanties sur les 24 et des places complémentaires avec le tour de qualification, rappelle Jean-Pierre Siutat. Tous les grands pays sont là, dont l'Espagne. Ce qui a été décidé devrait fortement empêcher la constitution de l'Eurocoupe. » Mais il reste un cas épineux, celui de Strasbourg. La SIG, encore engagée en Eurocoupe, obtiendrait un billet pour la nouvelle Euroligue à seize clubs pour la saison prochaine en cas de victoire finale. Un cas de figure qui poserait problème car l'Euroligue tend vers un format de ligue à seize clubs qui se rencontreraient tous aller-retour, un calendrier qui supplanterait celui de la Pro A. « Strasbourg a signé le pré-engagement pour la Basketball Champions League, c'est-à-dire qu'ils croient absolument au projet au FIBA et à la volonté d'harmoniser les affaires, c'est très clair. Est-ce que le club aurait la volonté de participer à l'Euroligue en cas de victoire en Eurocoupe ? S'il est dans cette situation, on verra ça, assure le président de la FFBB, qui veut arrondir les angles. Les choses vont se décanter dans le temps. Ce qu'on sait, c'est que le seul point d'interrogation qu'on peut avoir, c'est une situation qui, je l'espère, puisse arriver à Strasbourg : qu'ils gagnent l'Eurocoupe. Ils peuvent ou non s'engager en Euroligue mais s'ils le veulent, il faudra en parler ensemble. La position de la Fédération, c'est d'interdire toute participation d'un club français à une compétition organisée par l'Euroligue. »

Pas de place pour les dissidents
Si le cas de Strasbourg peut poser problème en raison de ses résultats sportifs, les autres clubs français voulant s'engager auprès de l'ECA ne pourront pas bénéficier de la même mansuétude venant de la Fédération. « Un club, ce n'est pas un consommateur, il est membre d'une Fédération. Si c'est le cas, il doit se plier aux statuts, aux règlements de la Fédération. Soit un club peut consommer un produit qui s'appelle Eurocoupe ou Euroligue qui n'est pas reconnu par la FIBA, automatiquement il prend la décision de quitter la Fédération et on respecte ce choix, explique Jean-Pierre Siutat. Je n'ai rien contre les clubs qui participent à l'Euroligue mais ils sont en-dehors du système car ils sont consommateurs d'un produit qui n'est pas considéré par la FIBA. On ne peut pas considérer un club comme un consommateur. »

L'Euroligue, fossoyeur de la Pro A ?
Mais le tableau que tire le président Siutat, c'est celui d'un basketball national qui deviendrait moribond si les places européennes n'étaient pas liées à des performances et des critères sportifs, mais uniquement sur des engagements contractuels entre des organisateurs privés et les clubs. C'est tout le sens de la position de la Fédération Française. « Si on regarde bien les choses, c'était la mort des championnats nationaux. Ce qui se passe en Italie où l'Italie signe un contrat garanti de 3 ans avec le 2eme, le 8eme et le 9eme, c'est comme si en France, on garantit à Monaco, Gravelines et Dijon une garantie de trois ans en Eurocoupe. Je n'ai rien contre ces clubs mais pourquoi les autres vont faire un championnat national, se demande le président de la FFBB. Pourquoi iront-ils se battre si la place est garantie pour les autres ? C'est la mort des championnats nationaux. J'ai l'impression qu'il y a une vraie prise de conscience des pays européens sur ce sujet et la position de la France a été forte et je pense qu'elle a permis à d'autres de se dire que si c'était possible en France, il n'y a pas de raison qu'ils y arrivent aussi. » Maintenant que les fondations ont été posées, il reste à construire ce nouvel avenir pour le basketball européens de clubs dans le giron de la FIBA, mais rien n'indique que tout cela se fera dans le calme.

 
1 commentaire - Jean-Pierre Siutat prend clairement position dans le conflit FIBA-Euroligue
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]