Tout est prêt pour Loeb

Sébastien Loeb peut être serein avant le départ du rallye d'Alsace.

Sébastien Loeb peut être serein avant le départ du rallye d'Alsace.

Avant de mettre un coup de frein à son immense carrière, Sébastien Loeb est tout proche de coiffer une neuvième couronne mondiale en WRC. Le pilote Citroën pourrait même être sacré, ce week-end, sur ses terres en Alsace.

Avec sept victoires et huit podiums cette saison en 10 rallyes, Sébastien Loeb a écarté un à un ses concurrents dans la course au titre. A trois rendez-vous de la fin du championnat, seul Mikko Hirvonen, son coéquipier, peut encore prétendre au sacre, avec tout de même une grosse ardoise à effacer. A la veille du rallye d’Alsace, le Finlandais accuse 61 longueurs de retard sur le Français. Si ce dernier en conserve 56 à l’issue du week-end, c’est en nonuple champion du monde qu’il abordera les deux ultimes épreuves de l’année, en Sardaigne et en Catalogne. Vainqueur chez lui, sur les routes de son pays en 2010, Sébastien Loeb est donc maître de son glorieux destin.

"Tout comme le public qui était là pour me supporter, j’étais déçu d’abandonner l’an passé, mais ce genre d’aléa fait aussi partie de la course, dixit le natif d’Haguenau. J’estime avoir une sorte de revanche à prendre ! Cette année, nous pouvons sceller le sort des deux championnats. Chez les pilotes, il n’y a plus que Mikko et moi qui pouvons remporter le titre. Évidemment, je préférerais que ce soit moi… et je vais m’y employer. Les calculs ne sont pas très compliqués à faire, puisque je serai sacré si je le devance mon équipier le week-end prochain." Même équation pour ce qui est du championnat des constructeurs. Citroën, qui compte actuellement 111 longueurs d’avance sur Ford, décrochera sont huitième titre mondial s’il lui en reste 86 au moins sur la ligne d’arrivée dimanche.

"Rien ne sera joué avant l’arrivée"

Pas question néanmoins pour l’Alsacien de vendre la peau de l’ours. "Ceux qui pensent que ce sera une simple formalité se trompent lourdement ! Nos adversaires ont prouvé en Grande-Bretagne qu’ils avaient du répondant, même si j’estime que nous devrions être un peu plus performants qu’eux sur l’asphalte. Mais ce qu’il faut vaincre en premier, c’est le parcours ! Il y a certaines épreuves spéciales que nous connaissons bien, et d’autres qui sont nouvelles et qu’il va falloir appréhender. Si la météo est pluvieuse, je m’attends à une course très compliquée, avec des choix de pneus qui n’auront rien d’évident. Je partirai pour gagner et pour remporter le titre mondial, mais rien ne sera joué avant l’arrivée…"

S’il a parfait son apprentissage de l’asphalte au volant de la DS3, il y a quelques jours sur le Rallye Vosgien – "une expérience très formatrice", selon lui – Mikko Hirvonen ne se fait pourtant guère plus d’illusion: "Pour être franc, je ne pense pas du tout au titre. Seb a été égal à lui-même cette année et son avance est telle que je ne vois pas comment je pourrais le battre à la régulière. Mon objectif, c’est de continuer à progresser et de marquer des points qui permettraient à Citroën de remporter le championnat du monde des constructeurs." Le vice-champion 2008, 2009 et 2011 le sait, son heure viendra, peut-être même dès l’an prochain, alors que son illustre coéquipier, futur retraité, ne courra que par intermittence. Le WRC sera alors beaucoup plus ouvert.