L'année du rallye

Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ne passeront pas leurs vacances ensemble. (Reuters)

Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ne passeront pas leurs vacances ensemble. (Reuters)

Notre bilan WRC de l'année 2011 se résume, encore une fois, à Sébastien Loeb et à son équipe, Citroën, qui ont été de nouveau sacrés champions du monde. Pourtant, cette saison, l'Alsacien n'a pas remporté "sa" course, le rallye d'Allemagne, et l'entente avec son team n'a pas toujours été très cordiale. Résumé.

Le pilote de l'année : Sébastien Loeb
Si le suspense a perduré jusqu'au RAC final cette saison, Sébastien Loeb n’a pas réellement tremblé pour conserver le titre mondial qu’il a fait sien en 2004. Favorisé au sein d’un team Citroën où la concurrence farouche de Sébastien Ogier lui aura parfois pesé, l’Alsacien n’a finalement pas souffert de la comparaison avec un Mikko Hirvonen trop timoré pour prétendre au sacre. Certes déchu en Allemagne et victime d’un coup du sort chez lui, en Alsace, l’intéressé a tout de même signé cinq succès en 2011, s’imposant notamment en Finlande pour la deuxième fois de sa carrière. Une performance unique pour un pilote latin. Sous contrat avec le double chevron jusqu’en 2013, le désormais octuple champion du monde visera la passe de dix d’ici à sa retraite. Avec Mikko Hirvonen pour coéquipier…

L’équipe de l'année : Citroën
La concurrence a fait pâle figure cette année à côté de Citroën. Même Ford n’a pu soutenir la comparaison, la DS3 ayant sans conteste pris la mesure de la Fiesta. Quant à Mini, malgré des débuts tout à fait honorables, marqués notamment par deux podiums, jamais le double chevron n’a eu à s’inquiéter de ses performances. Bien sûr Citroën a dû gérer en interne les égos de ses deux champions, au plus fort notamment de la poussée d’un Sébastien Ogier qui longtemps aura pu prétendre au sacre mondial. Mais Olivier Quesnel peut se targuer au final d’offrir au constructeur français un quatrième titre WRC de rang, le septième en neuf ans. Avec en prime l’insigne honneur de devancer désormais Ford au bilan des victoires, avec 80 succès au compteur – un record – contre 77 pour l’ovale bleu. Et avec la doublette Sébastien Loeb-Mikko Hirvonen pour servir à l’avenir ses intérêts, le double chevron a encore de beaux rallyes devant lui.

La course de l'année : Le rallye d’Allemagne
Entre le rallye d’Allemagne et Sébastien Loeb, c’était l’idylle parfaite, une histoire sans nuage débutée en 2002 et prolongée jusqu’en 2010, avec pas moins de huit victoires au crédit de l’Alsacien pour autant de participations. Brutalement, la tradition a pris fin cette année, l’octuple champion du monde ayant abandonné son trophée fétiche pour avoir crevé lors de la deuxième étape. Une mésaventure qui aurait pu coûter cher au pilote français, malheureux ensuite en Australie puis en Alsace et ainsi rattrapé par son rival finlandais Mikko Hirvonen. A l’issue de ce week-end de compétition disputé dans la région de Trèves, la menace se nommait également Sébastien Ogier, lauréat de ce rallye d’Allemagne à marquer d’une pierre blanche pour le double chevron. C’est en effet à cette occasion que Citroën a battu le record de victoires en WRC jusqu’alors détenu par Ford. Un petit événement éclipsé par le règlement de comptes par presse interposée entre Loeb et Ogier…

La polémique de l'année : La banalisation des consignes d’équipe
Si Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont eu des mots cette année, ce n’est pas seulement le fait de leurs ambitions débordantes. Entre l’Alsacien et le Gapençais, le torchon a brûlé car la hiérarchie au sein du team Citroën, voulue flottante en début de saison, a clairement été établie en faveur du champion en titre quand les affaires se gâtaient pour celui-ci. "Si c’était à refaire, je le referais car, sans consignes, certaines victoires nous auraient peut-être échappé... Mon rôle n’est pas de favoriser un pilote par rapport à l’autre, mais de défendre l’image de Citroën", se justifiait ainsi Olivier Quesnel, le patron de Citroën Sport, en cours de saison. De petits arrangements faussant sensiblement les résultats sur lesquels Ford n’a pas non plus craché. A l’image du scénario observé en Australie, Mikko Hirvonen a souvent bénéficié des décélérations de son coéquipier Jari-Matti Latvala pour rester dans la course au titre. Toujours au détriment de la glorieuse et fameuse incertitude du sport…

Le vœu de l'année 2012 : Loeb... mais pas seulement !
On ne peut que souhaiter à Sébastien Loeb de décrocher un neuvième titre mondial en 2012. D’autant que Sébastien Ogier, qui participera bien à quelques rallyes au volant d’une Skoda S2000, consacrera l’essentiel de son temps au développement de sa future Polo WRC. Gageons cependant que la concurrence sera au rendez-vous l’année prochaine, même si Mikko Hirvonen n’aura certainement pas les coudées franches pour titiller son nouveau coéquipier. La montée en puissance de Mini sera bien évidemment à suivre mais l’on misera surtout sur un team Ford fort. Avec une paire Jari-Matti Latvala-Petter Solberg qui ne manquera certainement pas de motivation.

Le Sport sur votre mobile
en images
Ce n'est pas le Pérou. Photo de classe Et de quatre ! Contrairement aux apparences... Sainz passe la main
à lire aussi