Pedrosa, l'attaque sinon rien

Dani Pedrosa doit gagner en Australie pour encore rêver du titre.

Dani Pedrosa doit gagner en Australie pour encore rêver du titre.

Dani Pedrosa doit gagner pour espérer. En dépit de trois succès consécutifs, le Catalan paye autant la régularité de Jorge Lorenzo que son zéro pointé à Saint-Marin et dispose toujours de 23 points de retard sur le champion du monde 2010. Rédhibitoire ? Première réponse en Australie ce week-end.

Et si Casey Stoner était l’élément clé de ce Grand Prix d’Australie ? Sur ses terres, le champion du monde en titre vise des adieux en beauté à Phillip Island à quelques semaines de sa retraite. De retour après une blessure à la cheville, le pilote Honda pourrait être un allié précieux pour son coéquipier Dani Pedrosa.

Vendredi, Stoner a en tout cas rassuré son clan en dominant les premiers essais libres de cette avant-dernière manche du championnat. En net regain de forme à Sepang où il a pu glaner la troisième place, l’Australien pourrait bien s’intercaler entre Pedrosa et Lorenzo pour offrir des points précieux au Catalan. Ce dernier a en effet de quoi rager. Malgré cinq victoires en six courses dont les trois derniers Grand Prix, son forcing n’a servi qu’à grignoter l’écart qui le sépare encore de Lorenzo.

Lorenzo n'a besoin que de deux troisièmes places

Le Majorquin, habile gestionnaire, a égalé le record de Valentino Rossi datant de 2002 avec quinze places parmi les deux premiers lors de la même saison ! 23 points le séparent encore de son rival, une avance conséquente qui lui permet de voir la fin de championnat avec sérénité. Même en cas de troisième place dimanche en course derrière Pedrosa et Stoner, il conserverait 14 points d’avance.

Deux troisièmes places lors des deux dernières manches suffiraient donc à son bonheur, lui qui n’est descendu du podium qu’une seule fois cette saison à Assen aux Pays-Bas où il avait été contraint à l’abandon. Pedrosa ne veut pourtant pas s’avouer vaincu avant d’avoir jeté ses dernières armes dans la bataille et compte bien profiter de la forme étincelante de sa RC 213 V.

"Phillip Island est une piste exceptionnelle, surtout avec les machines que nous avons parce qu'elles nous permettent de glisser de l'arrière. Le tracé rend les courses intéressantes, j'espère que nous aurons la chance avec nous et que notre moto fonctionnera bien ici. J'ai de bons souvenirs de 2004 et de 2005 et j'espère faire une bonne course." Il faudra sans doute faire plus pour s’imposer sur le difficile tracé australien, souvent battu par le vent, et préserver toutes ses chances pour une dernière manche bouillante en terre ibérique, à Valence pour le 4e rendez-vous de la saison sur le sol espagnol.

en images
Ce n'est pas le Pérou. Photo de classe Et de quatre ! Contrairement aux apparences... Sainz passe la main