Lorenzo prend ses aises

Jorge Lorenzo s'est illustré sur le circuit de Silverstone. (Reuters)

Jorge Lorenzo s'est illustré sur le circuit de Silverstone. (Reuters)

Jorge Lorenzo a ajouté une victoire à son tableau de chasse, ce jeudi, sur le circuit de Silverstone. Le pilote espagnol a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne devant Casey Stoner et Dani Pedrosa. Un troisième succès de rang qui permet au Majorquin d’accroître son avance en tête du classement général, avec 25 points d'avance sur Stoner.

Carton plein pour Lorenzo ! L’Espagnol a remporté ce dimanche le Grand Prix de Grande Bretagne glanant sa quatrième victoire cette saison en six épreuves. Surtout, le pilote Yamaha reste désormais sur trois succès consécutifs. De quoi écraser la concurrence… Ce dimanche, l’un des seuls à lui avoir résisté se nomme une fois de plus Casey Stoner. L’Australien, retraité en fin de saison, a dû abdiquer et terminer dans son sillage pour sauver les meubles au classement du championnat.

Le champion du monde en titre a déjà 25 points de retard soit l’équivalent d’une victoire. Pourtant, celle-ci était loin d’être acquise. Après le bon départ de Ben Spies, un groupe se forme en tête derrière le Britannique. Lorenzo lui est dans la peau du poursuivant avec Pedrosa et Dovizioso. Revenus sur les hommes de tête, Lorenzo revient sur Stoner, alors en tête. Le pilote Yamaha se cale dans son sillage puis le passe au 11e tour avant de creuser l’écart.

Il ne sera plus jamais rejoint et file vers sa 42e victoire en Grand Prix. Rossi est 9e, De Puniet 12e derrière son coéquipier et rival en CRT Aleix Espargaro. Un Espargaro en cache un autre puisque Pol a mis à profit son aisance à Silverstone pour remporter la course Moto2. Parti de la pole position, l'Espagnol a devancé de plus d'une seconde le Britannique Scott Redding et son compatriote Marc Marquez. Mike di Meglio a pris la 18e place alors que Johann Zarco n'a pas terminé.

Le Sport sur votre mobile
en images
Ce n'est pas le Pérou. Photo de classe Et de quatre ! Contrairement aux apparences... Sainz passe la main
à lire aussi