Blake, le coup de tonnerre

Yohan Blake a devancé Tyson Gay à Lausanne. (Reuters)

Yohan Blake a devancé Tyson Gay à Lausanne. (Reuters)

Yohan Blake a volé la vedette à Usain Bolt lors du meeting Diamond League de Lausanne. Le Jamaïcain a remporté le 100m en 9"69, soit le 3e chrono de l’histoire sur la distance. Bolt, lui, s’est contenté d’un succès en 19"58 sur 200m. De son côté, Renaud Lavillenie a dominé le concours de la perche avec un saut à 5,80m.

Yohan Blake a refait le coup, mais à l’envers. A Bruxelles, l’an dernier, il avait bouclé son 200m en 19"26 juste après la MPM d’Usain Bolt sur 100m à 9"76. Cette fois, l’élève n’a pas pris le temps d’attendre le maître. L’autre star jamaïquaine de l’athlétisme a achevé le 100m en 9"69 à Lausanne, en se payant même le luxe d’un vent tout juste défavorable (-0,1 m/s). Avec des "si", on mettrait toujours beaucoup de choses en bouteille, mais si le vent avait été à +2 m/s, cette course chatouillait potentiellement le record du monde. Rien que ça.

Près de la salle d’appel au moment de cette mémorable ligne droite, Bolt a sautillé derrière le muret pour apercevoir son pote et le féliciter. Une belle image, un symbole aussi de leur duel qui ne va pas finir de porter le sprint dans des hauteurs stratosphériques. Avec ce chrono hallucinant, Yohan Blake n’a pas seulement battu son record personnel de six centièmes, après ses 9"75 des Jeux Olympiques. Il s’est aussi et surtout placé comme le deuxième sprinteur de tous les temps, à égalité avec Tyson Gay (qui a fini deuxième de la course en 9"83). La "Bête" réussit aussi le troisième chrono de l’histoire.

Lavillenie, bien sûr

Une petite demi-heure plus tard, Bolt a donc pris le départ du 200m, en jouant de la guitare. Ou plus exactement de l’air guitar, puisque le sextuple champion olympique n’avait évidemment pas emporté son instrument dans les starting-blocks… Toujours est-il que son temps de 19"58, s’il n’en demeure pas moins la 11e performance de l’histoire, l’a visiblement déçu au vu de sa petite mine sur la ligne d’arrivée. Il y a trois ans, au même endroit, le géant avait terminé en 19"59 mais avec un vent négatif (-0,9 m/s). Et cette année, Eole était pourtant avec lui à +1,4 m/s. Churandy Martina, deuxième en 19"85, en a profité pour battre le record des Pays-Bas.

Il aurait fallu faire fort, très fort pour laisser une trace plus importante que celle de Yohan Blake sur la piste de la Pontaise. Ç’aurait pu être, aussi, la soirée d’Aries Merritt. Mais de record du monde du 110m haies il n’y a point eu, en raison d’un... excès de bougeotte. Le champion olympique est parti trop vite et a été disqualifié, privant le public suisse de ce qui aurait pu être un moment d’histoire. Au final, Jason Richardson a gagné en 13"09. Sinon, l’imperturbable Renaud Lavillenie s’est encore imposé à la perche, en passant simplement une barre à 5,80m. Malte Mohr, Steve Lewis et Konstantinos Filippidis en ont fait de même, mais le Français s’est montré le plus fort au jeu des essais. Imbattable, tout simplement.

Le Sport sur votre mobile
en images
Record londonien La poubelle avenue du monde... Pistorius tête basse Pistorius n'écoute plus Troisième semaine
à lire aussi