Dopage : David Torrence, l'athlète à l'origine de l'affaire Aden

Dopage : David Torrence, l'athlète à l'origine de l'affaire Aden©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le vendredi 24 juin 2016 à 22h19

David Torrence s'est entraîné sous les ordres de Jama Aden, arrêté en Espagne pour trafic de stupéfiants cette semaine. L'athlète américain a livré son récit au site FloTrack.

Sans lui, et les précieuses informations qu'il a sans aucun doute délivrées à l'IAAF, Jama Aden n'aurait peut-être jamais été arrêté cette semaine dans le cadre d'une enquête pour trafic de stupéfiants. David Torrence, athlète américain de 30 ans a lui-même travaillé sous les ordres du coach de l'actuelle championne du 1500m, Genzebe Dibaba, interpellé par la police espagnol en possession d'EPO et d'une soixantaine de seringues usagées, cette semaine. Rapidement, il a su que se tramait quelque chose d'anormal. « L'entraînement avec lui ne me permettait pas de me sentir bien, explique l'athlète au site Flotrack. J'ai tenté de leur offrir le bénéfice du doute, mais ce n'était pas de cette façon que je souhaitais performer. » C'est en 2013, alors que son entraîneur de l'époque prend la décision de le quitter, que Torrence s'adjoint les services de Jama Aden pour une période de huit mois entre 2013 et 2014. Rapidement, il rejoint le groupe d'entraînement du Somalien de 53 ans, sans jamais le croiser pour autant.
« Ces performances étaient miraculeuses »
Ce dernier lui transmet ses conseils par téléphone, ou mail, la plupart du temps. Ce n'est qu'en 2014, à l'occasion d'un stage en Espagne qu'il parvient enfin à faire sa connaissance, et de suite l'inquiétude grandit lorsque les pratiques douteuses font surface. « Au milieu du stage, je sens que j'ai un coup de moins bien, il m'interpelle alors pour la première fois et me dit "Hey David, tu devrais prendre des injections de vitamines, cela pourrait t'aider", relate Torrence.  Et je lui ai alors répondu "non ça ira, je préfère les prendre par voie orale. Tu fais référence à quelle vitamine ? Magnesium ? Vitamine C ?" Ce à quoi il m'a répondu "Oh, non, tu as peur des seringues ?"» L'athlète lui explique alors ne pas vouloir douter sur les substances qu'il s'injecte. Le doute n'a en revanche jamais quitté l'esprit de John Cook, actuel entraîneur de Torrence, qu'il avait quitté en 2013, et ce dès le départ, du temps où Aden travaillait pour lui. Cook est en fait subjugué par les performances de Taoufik Makhloufi, alors entraîné par Aden. Ses performances aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 interpellent. L'athlète remporte l'or devant Leo Manzano sur 1500m et semble imbattable. « Les performances de ses athlètes je n'y crois pas, ajoute l'entraîneur, toujours pour le site Flotrack. Je ne crois pas aux miracles, et ces performances étaient miraculeuses.» Et pour cause, depuis lundi dernier, on en connaît les ingrédients magiques.

 
6 commentaires - Dopage : David Torrence, l'athlète à l'origine de l'affaire Aden
  • Le dopage est un fait de société, il suffit de regarder les vitrines des pharmacies en période d'examen pour s'en convaincre. Pourquoi donc les sportifs devraient-ils être différents? Officialisons le, mais avec l'obligation de donner le traitement utilisé, au moins nous connaîtrons le danger que cela comporte immédiatement..
    Et plus de problème pour trouver un sponsor... les industries pharmaceutiques s'en chargeront...

  • Le dopage fait malheureusement partie de tous les sports de haut niveau, et même chez les semis pros voir amateurs dans un certain sport collectif. Ce qui interpelle pourquoi cet acharnement sur tous les athlètes russes ??? C'est politique !!! Avec à la tête, la pression des U.S, de certains lobbys afin de s'en prendre à la Russie.

  • Tous les athlètes sont en principe dopés dont certains à leur insu....
    Ce n'est pas un secret....

  • et le tour de france moi j'appelle ca le tour des drogues et on decouvre ca 1an apres mais avant ca ils ont tous les honneurs et que croyez vous la drogue c'est dans tous les domaines et toutes les nationalites

  • Les journalistes le savent mais se taisent et magnifient les performances. Le sensationnel cela marche, fait vendre, booste l'auditmat. Tout le monde est complice en se taisant pour les journalistes, en regardant et en applaudissant pour les spectateurs, l'athlète, lui engrange des dollars mais engage négativement son futur.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]